Témoignages

    Témoignage : Cédric, 27 ans.

    18 octobre 2018

    J’ai rencontré Cédric au tout début de sa vie professionnelle. Nous venions tout juste d’être embauchés dans une société de conseil, sur profil, et n’avions pas encore de mission. Du coup, nous étions tous les deux dans un minuscule bureau qui ressemblait plus à un cagibi, sans vraiment de tâche à faire, à lire toute la documentation que l’on pouvait trouver sur les disques durs de nos ordinateurs, et à attendre que ça passe. Notre rencontre commence donc par l’ennui. Un ennui tel que notre plus grande occupation de la journée, c’était ça :

    Aller boire des verres d’eau pour aller aux toilettes le plus souvent possible. (Véridique)

    A l’époque, nous n’avions jamais parlé de zèbre, de haut potentiel ou de personnes douées. Après quelques semaines d’ennui total et d’hydratation intense, nous avons chacun commencé nos missions de conseil chez différents clients, et nous gardions contact, plus ou moins régulièrement. Cédric avait toujours l’air un peu blasé. Il était drôle, mais pas vraiment très dynamique ni enthousiaste quand il parlait de son travail. Et pourtant. Il y a quelques mois, nous avons beaucoup échangé sur nos nouveaux projets respectifs. Sur notre nouvelle façon de voir les choses. Sur Rayures et Ratures et les zèbres, aussi. Et c’est un Cédric complètement différent que j’ai découvert, ayant mille choses en tête, un but, plein d’idées, plein d’envies et une sérénité assez impressionnante. Du coup, j’ai eu envie de vous présenter un peu son parcours, ce qui l’a fait prendre conscience de ce dont il avait besoin et envie, la meilleure décision de sa vie (à date, du moins ! ), et son rêve, son projet, ce qui le motive aujourd’hui. Car je suis sûre que certains d’entre vous se reconnaîtront un peu dans ses questionnements, et pourront trouver quelques pistes et inspirations dans son témoignage.

    Cédric a commencé à me raconter son parcours. Il m’expliquait que tout ce qu’il avait fait dans sa vie, c’était par défaut. Choisir son orientation, surtout. Il n’a jamais su ce qu’il voulait faire de sa vie, alors choisir une université, c’était compliqué.

     

    “Je voyais le futur presque comme un truc qui n’arriverait pas. Je ne pouvais pas me projeter”

     

    Il ne se voyait nulle part, alors il a toujours choisi ce qui était vaste, général, qui permettait de bifurquer à n’importe quel moment, et qui, finalement, faisait en sorte qu’il n’ait jamais à prendre de décision. Il a quand même fini en fac d’éco-gestion, où il me raconte que ses camarades l’appelaient “l’escroc” puisqu’il n’était pas très assidu, usait de son statut de sportif de haut niveau pour louper des cours, travaillait juste avant les examens mais réussissait toujours.

    “Je n’aimais pas aller en cours, parce qu’il y a du monde, du bruit, il fait chaud, ou il fait froid, il y a de l’écho, ça pue… Je ne supportais pas d’y aller. On dirait que ce sont des détails, mais pour moi non. Ca me perturbait vraiment. Tout le monde pensait que je n’y arriverais pas, mais j’ai eu ma licence.”

     

    Après sa licence, il s’inscrit en master, juste pour avoir un bac +5, parce qu’il n’avait pas de but précis dans sa vie, et que la société nous presse un peu à obtenir un bac +5. Pour choisir son master, la même méthode que d’habitude : choisir la filière la plus ouverte, sans sélection. Il n’y en avait qu’une seule, et ça s’appelait “Gestion de projet”. Cela veut tout et rien dire, c’était parfait pour Cédric. N’étant plus dans un système de partiel mais de contrôle continu, donc beaucoup plus suivi, il avait de meilleures notes et était plus assidu. Avoir un cadre lui a fait du bien.

    Et puis, pendant ses études, il décide de partir faire un stage au Mexique. Une sorte de faux stage dans une agence de tourisme, un tout petit truc qui ne l’occupait pas beaucoup. Il s’est donc retrouvé au Mexique, seul, avec quelques notions scolaires d’espagnol, beaucoup de temps libre, et logé chez une connaissance. Il m’expliquait qu’en arrivant dans un nouveau lieu, un nouveau pays, il a besoin d’un peu de temps pour s’acclimater. Besoin d’être tout seul, le temps de s’adapter. La personne qui l’hébergeait ne l’a pas compris, et l’a mis dehors. Alors, il est parti, en se demandant ce qu’il allait faire. Il a trouvé, grâce à un mexicain rencontré par hasard sur un terrain vague lors d’une partie de football, une toute petite chambre chez l’habitant, avec juste un lit. Il a vécu là, et sa seule activité, c’était d’aller jouer au foot sur le terrain vague.

    Un jour, par hasard, il voit qu’une auberge de jeunesse cherche quelqu’un, passe l’entretien avec le gérant, et est embauché pour 10€ par jour, malgré son niveau d’espagnol.

    “J’ai hésité. Sur Skype, une amie m’a dit “ Fais-le ! ”. Je l’ai fait, mais c’était dur, parce que je ne comprenais pas grand chose. Mais j’ai appris l’espagnol. Ca m’a permis de changer de logement, j’ai trouvé une coloc, et ma vie a commencé à aller mieux. J’ai pu partir voyager, et ce voyage m’a donné l’envie et l’idée de faire une auberge de jeunesse moi-même. J’ai toujours gardé contact avec les gérants de cette auberge.”

    Cette expérience au Mexique et les difficultés qui l’ont accompagnée ont posé les premières pierres, les bases de son futur projet. Les idées fleurissent dans sa tête, et son but, son rêve, ce projet qu’il a envie de poursuivre, se construit. Ce projet, c’est de créer une auberge de jeunesse avec son meilleur pote.

    Pourquoi ? Parce qu’on peut faire ça n’importe où dans le monde. Il a beaucoup déménagé, il n’a pas vraiment d’endroit où il se sent chez lui, et il sait qu’il n’est pas le seul. Il veut que cette auberge soit une base, où c’est enfin chez lui, dans un endroit qu’il aime, pour accueillir des gens du monde entier. Il veut en faire un lieu qui lui ressemble. Créer cette auberge, c’est trouver un compromis entre la liberté, avoir un chez-soi, accueillir des gens, et faire quelque chose qu’il aime. Il ne veut pas seulement créer un business, il faut que ça ait du sens. Il veut que les gens qui ne se sentent pas bien dans la société sachent qu’ils peuvent avoir un endroit où aller, et travailler.

    Pourtant, des idées plein la tête, il rentre en France terminer ses études. Et il revient au cheminement “normal” d’un étudiant en fin de cursus. Il effectue un stage dans une grande boîte de conseil, à Lyon. Le pire stage de sa vie, avec une ambiance bizarre, aucun cadre, pas d’objectif, où personne ne savait ce qu’il fallait faire. Il a alors repris sa valise, et est parti à Paris, où il a commencé à travailler dans une autre société de conseil, en CDI, là où nous nous sommes rencontrés. Ca ne lui correspondait pas, mais il est resté plus d’un an et demi. Plus longtemps que moi.

    Ce n’était pas pour lui. Mais avoir un CDI lui permettait d’avoir des congés, donc la possibilité de partir, de voyager, et il en a profité.

    Il est reparti, tout seul, à l’étranger. Il devait partir aux Philippines, mais son vol aller a été annulé. Puis son vol retour. Tant pis. La compagnie le rembourse, et il décide alors de choisir une nouvelle destination à la dernière minute, sans rien avoir programmé. Mais où ? Il repense aux cassettes de safaris qu’il regardait quand il était petit, et décide. Ce sera l’Afrique du Sud. Il n’avait rien planifié du tout, et pourtant, il n’aurait pu rêver meilleur voyage. Encore une fois, cette expérience à l’étranger lui apporte quelques pierres supplémentaires, modèle de façon un peu plus précise ses envies, et son projet.

    En rentrant, il rompt son contrat de travail. Quand il m’en parle aujourd’hui, il me répète sans cesse que quitter ce CDI a été la meilleure décision de sa vie.

    “Tu signes, et on te dit, voilà, c’est ça ta vie, tu vas évoluer, monter en grade dans l’entreprise. C’est horrible. Je ne peux pas imaginer ça comme vie. Ca ne me fait pas du tout rêver. En CDI, je ne voyais pas le bout. Je me sentais hypocrite par rapport à moi-même. Quand j’ai quitté mon CDI, je me suis senti libéré. ”

     

    Pourtant, il continue à travailler, puisque son projet d’auberge n’est pas encore totalement prêt. Mais il travaille en interim, ou en CDD. Avec une date de fin, il se sent mieux. Il ne se sent plus enfermé. Il sait qu’il peut s’arrêter pour partir sur d’autres projets. Et entre deux contrats, il repart à l’étranger. Mais cette fois, avec des amis, en Asie. Ce voyage lui permet de clarifier ses idées, de se rendre compte qu’il n’aime pas voyager en groupe tout le temps, qu’il a besoin de voyager seul aussi, et surtout, qu’il n’aime pas voyager en touriste. Aller visiter un pays, dépenser de l’argent, être au dessus de la population locale avec son salaire parisien, il n’aime pas ça. En Asie, avec ses amis, il était accueilli, mais pas intégré. Ce qu’il veut, c’est travailler, avoir des projets dans le pays, être intégré à la population locale, créer un rituel, des habitudes avec des gens. Créer une routine, pour vivre et expérimenter le pays.

    Fort de ce nouveau voyage et des enseignements sur lui-même et sur ses choix qu’il a pu en tirer, il rentre à Paris, recommence à travailler, en portage salarial cette fois, afin d’avoir un plus gros salaire et de mettre de côté pour son projet d’auberge qui devient de plus en plus concret. Il ne mène pas la grande vie, il met tout de côté. Il n’a pas non plus d’appartement. Il a changé 10 fois en 3 ans. Il a juste son vélo, son sac à dos, et vit comme un backpacker, mais dans Paris, avec un travail bien payé. Trouver un logement à Paris sans CDI, c’est de la débrouille et du bric à brac. Et il aime ça. Ça le stimule. Ca le met dans un équilibre instable, et il ne s’ennuie pas.

    “Je me mets volontairement dans ces situations, car je serais obligé d’y arriver. Je ne me laisse plus le choix que d’y arriver. Si je ne faisais pas ça, je serais le type le plus flemmard de l’univers !”

    Quitter son CDI, vivre comme un backpacker dans Paris, ce n’est pas toujours très bien perçu dans la société, et dans le monde du travail. C’est perçu comme de l’instabilité. Pourtant, Cédric se sent plus stable personnellement et émotionnellement maintenant, parce qu’il a un but, un cap.

     

    “Je ne me suis jamais senti aussi stable que depuis que les gens me trouvent instable”

     

    En fait, le plus dur, c’est le premier pas. Prendre conscience que l’on s’ennuie, dire non, dire stop, avoir envie de changer, prendre la décision de le faire. On ne peut jamais être sûr de ce que l’on retrouvera. Ce sera toujours instable, incertain. Mais il faut se faire confiance. Il y a une sorte de courant de la vie. Parfois, on nage à contre-courant, on force et on se fatigue. C’est ce qu’il faisait avant. Là, il se laisse porter, sans être passif, puisqu’il a des milliers de projets en cours, mais en faisant confiance. “On verra”, dit-il, “Je n’ai pas besoin d’avoir de certitudes pour le futur. Je ne veux pas tout programmer. J’ai confiance en ce qui va arriver. On verra. Je me débrouillerai”. Cette sérénité, il l’a acquise en voyageant, en se faisant mettre dehors dans un pays qu’il ne connaissait pas, en vivant des moments difficiles, et en s’en sortant quand même. Par lui-même. En se débrouillant.

    “Vouloir tout programmer, c’est un poison. Il faut juste faire confiance. Quand tu prends le chemin de ce que tu veux faire, ça se passe bien. ”

    Il arrête de se torturer l’esprit pour tout. Il ne cherche plus à batailler. Il rumine beaucoup moins qu’avant. Il laisse couler. Alors, avec son petit air nonchalant, les gens ont l’impression qu’il se fout de tout. Pourtant, il est beaucoup plus présent qu’avant, et très impliqué dans tout ce qu’il fait. Il a un but, plein de projets en cours, il est passionné, très actif, curieux, intéressé par tellement de sujets. Nos dernières discussions étaient bien loin des premières. Exit la fontaine à eau comme distraction principale de la journée. Dans un petit bistrot d’un quartier cosmopolite de Paris, nous avons discuté projet, cryptomonnaies, êtres humains, valeur, temps, avenir, monde, voyage, envies, travail, k-way, relations amoureuses, applications, livres, entrepreneuriat… Pris par la passion de nos projets respectifs, nous n’avons plus le temps de nous ennuyer, comme avant. Mais nous pensons tout de même à nous hydrater 😉

    “Quitter mon CDI a été la meilleure décision personnelle, professionnelle, et financière. Depuis que je l’ai quitté, je suis alerte sur plein de choses. J’étais résigné, je ne voyais pas d’issue. Là je suis heureux, curieux. Tant que j’ai ce projet en tête, tout va bien pour moi.”

    Et ce projet, on va le suivre ensemble. Je vous donnerai des nouvelles. Fin Août, il a terminé son contrat à Paris. Et dans quelques semaines, il s’envole pour le Canada puis la Colombie, où il a déjà commencé à repérer de potentielles maisons qui pourraient devenir son auberge. Il veut expérimenter le pays, l’ambiance.

    Et, ensuite, il verra.

     

  • Caractéristiques de zèbres

    Le harcèlement scolaire

    Le sujet du harcèlement revient fréquemment dans les échanges que je peux avoir avec les lecteurs du blog, et après un article plus général, j’avais envie de faire un focus sur le harcèlement scolaire.…

    6 mai 2018
  • Témoignages

    Témoignage – Maya, 38 ans.

    Maya est une personne très complexe avec qui j’ai échangé l’été dernier, grâce au blog. Elle m’a contactée, et nous avons passé plusieurs heures sur Skype. Nos échanges ont été si riches et intenses…

    30 mars 2018
  • Bonus

    J-30 – Le crowdfunding illustré.

    J-30 ! Mais J-30 avant quoi ? Avant le lancement de ma campagne de crowdfunding pour publier le livre de Rayures et Ratures ! Le crowdfunding ? Quésaco, kesako, quezako ?! Depuis quelques semaines,…

    16 mars 2018
  • Caractéristiques de zèbres

    La harcèlement – partie 1

    Le harcèlement est un sujet non seulement très actuel, mais qui a en plus très souvent été abordé lors des témoignages que j’ai pu récolter. Plusieurs zèbres m’ont parlé de harcèlement vécu à l’école,…

    23 février 2018
  • A propos

    A PROPOS

    Je sais que je suis discrète. En vrai, et encore plus sur les réseaux sociaux. Mais voilà, ce n’est pas juste pour vous qui me dévoilez tant de choses sur vous, qui m’envoyez tant…

    16 février 2018