fbpx
0
Bonus

Accueillir ses émotions

22 juin 2020

Chaque jour, je reçois de nombreux messages de zèbres, personnes surdouées, à haut potentiel, choisissez le terme que vous préférez, qui me demandent comment « gérer » leurs émotions. Je ne suis pas coach, mais j’ai été confrontée à la même problématique à un moment donné, puisqu’accueillir ses émotions ne s’apprend pas à l’école. J’aimais bien l’idée de la pêche pour expliquer cette notion d’accueil des émotions, alors voici une courte bande dessinée.

Bien sûr, ce n’est pas évident au premier abord de recevoir, écouter le message que l’émotion a à nous dire, et la relâcher. Mais avec de l’entraînement, vous verrez que c’est de plus en plus simple, que cela ne nous empêche pas du tout de ressentir une émotion forte, et que la vie est plus jolie quand on les accueille et les écoute 🙂

Parfois, c’est un programme de méditation pleine conscience qui apprend à les accueillir. Et si vous pensez que la méditation, c’est « faire le vide » et « ne penser à rien », je vous conseille d’aller lire cet article , tiré d’une conférence avec Jeanne Siaud Facchin.

Accueil des émotions bande dessinée

Note : les illustrations de mon blog ne sont pas libres de droits, et ne peuvent être utilisées pour promouvoir quoi que ce soit ni illustrer un article. Si vous souhaitez les utiliser, vous pouvez m’envoyer un message en me précisant le cadre, et je vous dirai si c’est d’accord, et dans quelles conditions.

You Might Also Like

7 Comments

  • Reply BASSO Valérie 22 juin 2020 at 7 h 47 min

    Bonjour Chloé, Merci pour cette jolie illustration. Une émotion correspond à un besoin qu’il convient d’identifier ; ce besoin est généralement en lien avec une valeur. Si l’émotion est « désagréable », il se peut qu’elle vienne toucher une valeur forte. C’est pourquoi, dès les premières séances d’accompagnement, je travaille sur l’identification des qualités et valeurs du jeune. Ainsi, il est plus aisé pour lui ensuite d’identifier le besoin qu’est venu mis en exergue l’émotion.

    • Reply BASSO Valérie 22 juin 2020 at 7 h 48 min

      Petite faute de frappe… « qu’est venu mettre en exergue » et non « mis » 😉

  • Reply Christian 7 juillet 2020 at 20 h 59 min

    Une emotion est une illusion, comme un arc-en-ciel. La percevoir comme telle lorsqu’elle surgit et elle est desarmorcee. Cela n’est pas possible pour le commun des mortels, malheureusement.

    • Reply Rayures et Ratures 8 juillet 2020 at 14 h 41 min

      Ah bon, pourquoi est-elle une illusion ? Je pense qu’au contraire, elles nous donnent des informations. Il ne s’agit pas de désamorcer une émotion, mais d’entendre son message 🙂 Et c’est pas facile, hein, mais avec beaucoup d’entrainement, c’est possible pour le commun des mortels, heureusement.

      • Reply Christian 8 juillet 2020 at 18 h 35 min

        Illusion car nous ne pouvons nous empecher d’imputer un contenu a partir de sa manifestation, alors que les emotions sont foncierement vides (mais pas inexistantes, attention, comme l’arc-en-ciel). Je suis fortement influence en cette comprehension par ma pratique et etude du bouddhisme tibetain, et je comprends qu’en Occident on ne se mele des emotions en psychologie que depuis peu d’annees, donc je ne pretends convaincre personne ici. Pour reprendre le fil de ce sujet extraordinairement important, en Occident on valorise les emotions comme etant pregnantes de sens, ou cathartiques, alors qu’elles sont plutot le doigt qui pointe vers la lune, mais pas la lune. Elles ne sont donc pas mauvaises en tant que telles (et seulement en tant que telles) et, en ce sens, elles sont utiles. Mais nous ne leurrons pas, sans un entrainement meditatif pousse (surtout du bouddhisme tantrique, qui est vraiment la voie qui utilise les emotions pour aller au-dela), on est toujours esclave de ses emotions et surtout accros. On voit l’arc-en-ciel et on ne peut s’empecher de croire que les couleurs sont peintes sur le canevas bleu du ciel, qu’il y a un tresoir au pied de l’arc, avec un message etc. Ce sont seulement de belles couleurs avec une structure et une dynamique, et cette realisation nous libere, pas seulement de la nocivite des emotions, mais de l’ignorance. (Pour le bouddhisme, aucune emotion n’est foncierement bonne.)

        A propos de l’expression interessante « il ne s’agit pas de desarmorcer une emotion », je suis en desaccord complet: il s’agit exactement de cela, sachant que desarmorcer une bombe peut se faire sans detruire la bombe (toutes les metaphores ont une limite et je l’ai atteinte :)) C’est la vue du bouddhisme, en tout cas, et je pretendrai rien a mon sujet.

      • Reply Christian 8 juillet 2020 at 18 h 57 min

        Je vais essayer sous un autre angle. On peut se rendre compte que 99% de nos reves sont batis sur nos emotions de la veille. Cela demande pas mal d’entrainement pour s’en rendre compte, il faut etre conscient des emotions durant la veille et il faut tourner le regard vers l’interieur au moment du reveil (pas de reveil-matin). Meme si on croit qu’une emotion est « passee », ce n’est pas le cas, et le reve nous aide a comprendre la profondeur et l’esclavage des emotions.

        Fondamentalement les emotions surgissent car nous sommes esclaves de la dualite fondee sur le moi: une emotion est le ressenti soudain de quelque chose que nous croyons foncierement autre. Le reve peut nous aider a percevoir que ce n’est la nature fonciere des emotions. Par exemple, si l’on se met en colere contre quelqu’un, on pourra rever d’abord que l’on se met en colere (repetition), puis rever que quelqu’un se met en colere contre nous ou que l’on nous tue (inversion apparante du sujet) et que nous en souffons, pui rever que quelqu’un se met en colere contre nous et nous n’eprouvons ni haine ni souffrance (comprehension). Toutes ces phases apparantes sont le raccourci vers la comprehension que, foncierement, il n’y a pas deux medailes mais deux faces d’une meme medaille. (Et, en passant, ces experiences sont une base pour comprendre le karma.) Une emotion, en son coeur, ne reifie pas son sujet apparent, mais n’est que notre reflet.

        Bon, j’arrete, meme dans un bloc-note de zebre, je suis un quagga 😀

  • Reply Christian 9 juillet 2020 at 16 h 09 min

    Un autre exemple me vient a l’esprit. Si durant la veille l’on eprouve un sentiment fort de generosite, on peut alors rever la nuit que nous sommes amis avec des personnes que nous admirons. L’emotion de la veille, centree sur le sujet, se revele la nuit au-dela de la dualite sujet-objet. En ce sens, elle est absolue.

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Votre panier