0
Caractéristiques de zèbres

La série HPI : Morgane, HPI mais pas que.

12 mai 2022

Je lis beaucoup d’articles très critiques sur la série TF1 HPI. Certains propos venant de personnes elles-mêmes HPI sont très virulents. Et je peux comprendre cette réaction. Quand on a fait un long chemin de découverte puis d’acceptation de son haut potentiel, et qu’on découvre une série grand public qui surfe sur la thématique, ça peut être agaçant.

Mais comme d’habitude, j’ai un avis beaucoup plus nuancé !

Pourquoi, en tant que HPI, je ne suis pas aussi négative sur la série HPI ?

Quel est le seul élément de cette série qui me choque vraiment ?

Est-ce que la série TF1 parle du HPI ?

Le personnage principal, c’est Morgane, une trentenaire extravertie, pétillante et qui aime les couleurs (et les imprimés léopard). Elle a 38 ans, et gère comme elle peut sa vie, entre ses enfants et son travail de femme de ménage. Elle a de grandes capacités intellectuelles, et une personnalité bien trempée. Son raisonnement peu commun est remarqué par hasard par la police, qui la catapulte consultante du jour au lendemain, et un peu malgré elle. Sauf que les relations ne seront pas évidentes entre une institution très cadrée et rationnelle et un personnage principal créatif et intuitif qui a du mal avec l’autorité. Voilà pour le synopsis.

En bref, c’est une série policière. Une comédie familiale et populaire. Ce n’est pas un documentaire, pas un reportage, pas un film de sensibilisation sur le haut potentiel intellectuel. 

C’est une série comique, une fiction policière. Et c’est tout.

Le HPI, c’est simplement l’une des caractéristiques du personnage principal. Morgane est HPI. Elle est aussi excentrique, extravertie, dynamique, a de multiples qualités, défauts, caractéristiques et facettes de sa personnalité. Elle a son histoire, ses relations, son contexte familial. Morgane est haut potentiel, certes, mais pas que. Elle est un tout. Comme tout le monde en fait.

Morgane Alvaro série HPI TF1

Est-ce que tous les HPI ressemblent à Morgane ?

Non ! Tous les HPI ne sont pas comme elle. Ils partagent une caractéristique, un fonctionnement cognitif avec elle. Mais c’est tout. Être HPI, ce n’est pas nécessairement être comme le personnage de Morgane. Elle n’est pas là pour incarner toutes les personnes qui ont un haut potentiel.

HPI comme Morgane TF1

Le HPI se manifeste différemment chez chacun. On peut évidemment citer des caractéristiques principales, dont la rapidité cognitive, la réception et le traitement de beaucoup d’informations, le besoin vital de sens, la curiosité, etc.

Mais ces caractéristiques se combinent différemment chez chacun, et se mêlent avec l’histoire, le vécu, l’expérience, l’environnement, le tempérament.

Cette illustration est un extrait de Rayures et Ratures 2 : Pour la Vie. Mon second livre, qui incarne la diversité du haut potentiel à travers les âges et les parcours !

C’est pour cela qu’on a autant d’articles “Ma vie ne ressemble pas à celle du personnage de la série”. C’est normal. Chaque personne est différente. Un article d’un magazine people a même été publié l’an dernier à ce sujet, me présentant comme “une HP bien loin du sympathique personnage de la série”.  Pourtant je vous assure que je suis sympa moi aussi ahah !

Pour autant, certaines personnes se reconnaissent et s’identifient pleinement au personnage ! Il y a des HPI qui ressemblent beaucoup à Morgane. Si si, je vous assure. C’est pour cette raison que je trouve les critiques un peu dures. J’en connais 3, trois lectrices de Rayures et Ratures, au parcours de vie fascinant, et à la personnalité qui résonne drôlement avec celle de Morgane. Elles sont HPI. Elles sont aussi excentriques, ont le sens du détail, un style vestimentaire original, des réactions piquantes, et même pour l’une d’entre elles, un parcours professionnel étrangement similaire avec un passage dans la police et le même retour d’expérience quant à l’autorité. Un jour, j’aimerais illustrer leur témoignage comme je l’avais fait pour Maryvonne, surdouée de 68 ans.

On peut aussi s’identifier au personnage sans être haut potentiel. Dans son côté décalé, et toutes les autres facettes de sa personnalité. Les scénaristes créent des personnages auxquels on peut s’attacher, s’identifier facilement, même si notre vie est bien éloignée de la leur. Le personnage de Morgane, par sa caricature de l’excentrique, vient titiller, à mon sens, toutes les personnes atypiques qui sont agacées par le côté très normé de notre société. 

En bref, on ne peut pas faire de généralité à partir d’un personnage de série qui a un haut potentiel intellectuel. Morgane ne représente personne d’autre que Morgane. Et il est bien là, le problème de la série…

Le seul élément qui me choque dans la série HPI.

Ce qui me choque, en fait, c’est… son titre.

Le reste, pour moi, c’est une question de goût sur une série télévisée, sur la construction ou l’évolution des personnages et d’une intrigue.


Je trouve que le titre instrumentalise le concept de haut potentiel, qui est souvent moqué, et mal compris. Les critiques des personnes HPI qui ont vu la série, je les comprends. Les personnes concernées sont agacées par la sur-médiatisation, et l’association de leur fonctionnement à une personne en particulier.

Le risque, c’est la généralisation. C’est que les téléspectateurs pensent que tous les HPI sont comme elle. Excentriques, incapables de tolérer l’autorité, arrogants parfois, etc.

Morgane série HPI illustration

Ils auraient pu appeler la série Morgane, mais c’est moins vendeur.

Une caractéristique en titre, ça fait comme une étiquette.

Ça réduit le personnage à l’une de ses facettes. On peut alors facilement penser que tous les HPI sont comme Morgane dans la série. Cela crée de nouveaux préjugés sur le sujet, ou renforce les clichés quand on ne se renseigne pas par ailleurs. La série caricature, et c’est bien normal puisque c’est une série, une fiction, mais cela peut amener des petites réflexions désagréables envers les personnes concernées par le HPI.

clichés surdoués

Non, rien à voir. 

Si vous voulez savoir ce qu’est le haut potentiel, au-delà des clichés, et dans toute sa diversité, vous trouverez deux livres ludiques et accessibles ici.

Et le point positif de la série alors ? 

Parmi les dix millions de téléspectateurs, peut-être qu’une personne s’est retrouvée dans le côté décalé de Morgane. Peut-être que ça lui a ouvert une piste pour comprendre son sentiment de différence. Elle était peut-être surdouée, peut-être pas. Mais elle a pu entamer une thérapie pour comprendre ses souffrances, et avancer.

Peut-être aussi que des téléspectateurs se sont intéressés au sujet du haut potentiel et ont eu envie d’en savoir plus. Ils ont regardé les épisodes pour se divertir, et maintenant ils veulent savoir ce qui se cache derrière le HPI. 

En tant qu’éternelle optimiste, c’est ce que j’ai envie de retenir. La possibilité qu’une seule personne en apprenne davantage sur elle ou sur un proche grâce aux questionnements qui ont découlé du visionnage de la série. Qu’elle comprenne, ou prenne conscience de ses ressources, et soit plus épanouie.

À retenir : 

  • Le personnage principal de la série, Morgane, est HPI, mais pas que !
  • Toutes les personnes HPI ne ressemblent pas à Morgane.
  • Mais certaines personnes surdouées s’identifient pleinement dans ce personnage.
  • C’est une série policière, une fiction populaire, pas un documentaire sur le haut potentiel.
  • Comme dans beaucoup de séries, les scénaristes caricaturent les personnages, poussent les caractéristiques à l’extrême. Ça fait partie du jeu, c’est de la fiction.
  • Le seul problème de la série, pour moi, c’est le titre. Il nous pousse à croire que la série est centrée sur le haut potentiel.
  • Et le point positif, c’est qu’il permet à des personnes qui se reconnaissent dans l’atypie du personnage de se renseigner. Elles consultent, et en apprennent davantage sur le haut potentiel et sur elles-mêmes !

Je vous dis à très vite pour un nouvel article ! Et si vous souhaitez soutenir mon travail et me permettre de continuer à proposer du contenu gratuit sans aucune publicité sur le blog, n’hésitez pas à consulter les livres illustrés Rayures et Ratures en cliquant juste en dessous sur les couvertures !

Chloé

Les livres Rayures et Ratures sont disponibles !

You Might Also Like

3 Commentaires

  • Reply Bobin 12 mai 2022 at 8 h 47 min

    Analyse toujours pertinente Chloé, cette série HPI est une caricature certaines peuvent s’y retrouver. Je prends ça au second degré. Elle est elle comme vous le dites. Columbo est il HPI? Le HPI ne se résume pas à cette série qui fait de l’audience et c’est bien sont seul et unique but !!!
    Belle journée Chloé

    • Reply Rayures et Ratures 12 mai 2022 at 16 h 19 min

      Merci beaucoup 🙂

  • Reply Laurence 1 juin 2022 at 22 h 54 min

    C’est vrai que le HPI est à la mode et que l’on peut entendre et lire beaucoup de choses sur le sujet. Il y a trop de clichés à mon avis qui circulent et on oublie que derrière un enfant ou une personne HPI il y a un sujet dans toute sa singularité, qui ne se réduit pas à une étiquette posée un jour par le résultat d’un test. En tant que psy je détecte parfois des hauts potentiels et je peux dire que les fonctionnements et les personnalités ne sont pas identiques..

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Votre panier