Caractéristiques de zèbres

Chapitre 12 – les interactions sociales

21 novembre 2016

Les relations sociales sont essentielles dans la vie de chaque individu, mais encore plus dans la vie du zèbre pour qui l’approbation de l’entourage est très importante.

Pourtant, avoir des relations sociales saines et épanouissantes peut être difficile pour certains, et notamment pour les zèbres.

Leurs caractéristiques que l’on a évoquées dans les chapitres précédents peuvent créer un décalage et, de ce fait, des barrières à l’intégration.


Cela se manifeste de différentes manières, dont voici les principales :

*

*

Le rejet.

Dès l’enfance, même s’il ne sait pas l’expliquer ou mettre un mot dessus, son décalage est réel et passe rarement inaperçu. Ses réactions peu communes font rire, ses centres d’intérêt divergents sont souvent sujets aux moqueries. Dans la cour d’école comme au travail plus tard, la moindre particularité va faire dire aux gens « il/elle est bizarre ». Face aux normes d’un groupe, le décalage du zèbre peut conduire au rejet.

Considéré comme le vilain petit canard, il est au mieux isolé, au pire un bouc émissaire, et subit humiliations et exclusion, sans comprendre pourquoi. Et lorsque l’on ne comprend pas la raison d’un tel rejet, quoi de plus simple que de penser que c’est de notre faute ?

*

*

S’exclure soi-même.

Le risque de s’exclure soi même est également fréquent chez les zèbres, pour deux raisons.

Parfois, pour combler l’ennui du quotidien, on s’imagine une autre vie. Je pense que tout le monde a fait ça à un moment donné, en décrochant lors d’un repas ennuyeux ou d’une réunion sans intérêt. C’est normal. Mais chez certains zèbres, c’est très (trop) fréquent. Ils s’ennuient tellement qu’ils développent un monde imaginaire, plus intéressant, plus drôle, avec des relations plus justes, plus entières, plus satisfaisantes. Je l’ai fait toute mon enfance, et je le fais encore. Ca me sauve fréquemment, mais le risque est de le faire si souvent que l’on finit par s’exclure soi même inconsciemment.

chap-12-3

Enfin, le zèbre peut également s’isoler par manque de confiance. Il est courant qu’il s’accorde peu de valeur, n’ose pas s’affirmer par honte d’avoir tort, de dire quelque chose d’incorrect, d’imparfait ou par peur du conflit. Il reste alors discret et participe peu aux conversations, surtout au sein d’un groupe. Pourtant, il aurait beaucoup de choses intéressantes à partager. Mais en raison d’une faible estime de soi, il va préférer rester en retrait, s’exclure à nouveau du groupe.

*

*

Le caméléon.

Parfois, tout va bien. Enfin, en apparence. L’entourage qui a lu deux ou trois livres sur l’enfant précoce et a retenu qu’un enfant précoce est exclu dira « il a des amis, il ne doit pas être surdoué finalement ». Et pourtant.

Certains zèbres ont une capacité de « caméléon » particulièrement impressionnante. C’est à dire que pour être aimés (on en revient toujours là… ), ils vont s’adapter à leurs interlocuteurs. Leur lucidité et leurs capacités d’analyse vont leur permettre de mettre en avant une facette de leur personnalité qui correspond plus ou moins à leur interlocuteur, ou de faire semblant (le retour du faux self 🙂 ). Pourtant, malgré une vie sociale saine en apparence et même lorsqu’il est avec d’autres, le zèbre peut se sentir terriblement seul car il n’est pas vraiment lui-même, pas sincère. Il y a un vrai décalage entre ce qu’il sait qu’il est et l’image qu’il renvoie volontairement aux autres. Il fait semblant, et la façade qu’il se crée pour plaire peut engendrer une très grande frustration. Car même bien entouré, le zèbre aura souvent l’impression que finalement, personne ne le connait réellement, car personne ne peut le comprendre.

*
*

Et parfois, quand même, tout va bien !

Bon, ce n’est pas très rigolo tout ça ! Est-ce que le zèbre est condamné à avoir du mal à gérer ses interactions sociales ? Non !

Soyons un peu positif, ça peut aussi très bien se passer, on peut être zèbre et avoir des relations saines et sincères avec les gens ! Mais ça, c’est surtout quand on sait qui l’on est, quand on a compris comment on fonctionne, de quoi on a besoin, que l’on s’assume. Et éventuellement, dans le meilleur des cas, que l’on a réussi à diriger sa vie pour être avec des gens qui nous correspondent, avec qui on se sent bien et avec qui on ose être soi-même.

D’où l’importance de prendre conscience de sa différence, et d’être aidé(es) par des professionnels pour que la différence devienne une singularité.

PS : On lit souvent que le zèbre est solitaire. Je ne sais pas si c’est le cas de la majorité, mais c’est assez vrai pour beaucoup. En revanche, il ne faut pas confondre solitaire et solitude. On peut avoir besoin d’être seul(e) tout en ayant de vrais amis. Et sans souffrir de solitude.

You Might Also Like

17 Comments

  • Reply Wyd 22 novembre 2016 at 17 h 38 min

    Bonjour ou bonsoir !
    Je me reconnais à un tel point que s’en est frustrant. ^^
    Je regarde tous les jours pour voir si un article apparaît.
    Je tenais à te dire merci et bon courage pour la suite.
    Merci car tu mets des mots sur mes maux.

    • Reply Rayures et Ratures 22 novembre 2016 at 18 h 38 min

      Bonsoir 🙂
      Merci pour votre avis ! Je n’ai pas de newsletter, mais si vous avez Facebook il y a une page Rayures et Ratures où vous pourrez savoir quand le nouvel article est publié 😉
      A bientôt pour le prochain !

  • Reply Fran 23 novembre 2016 at 0 h 16 min

    C’est toujours une étrange sensation à chaque article. Même après avoir lu le livre de Jeanne Siaud-Facchin. Cet article est important car il explique parfaitement le fonctionnement en groupe, pour ma part je m’y retrouve à 100%.
    Merci 🙂

  • Reply Carine 24 novembre 2016 at 10 h 40 min

    bouleversée à cette lecture, mon fils est diagnostiqué précoce et me concernant je n’ai pas de réponses mais en lisant l’article ( et les autres d’ailleurs) ça parait tellement ça, tellement moi que je ne sais même pas le nommer!!! ça serait vrai alors???
    comment se faire aider aider dans la démarche de faire les tests pour savoir, comment continuer à taire l’évidence??? je me sens perdue j’avoue

    • Reply Rayures et Ratures 24 novembre 2016 at 22 h 27 min

      Re-bonjour Carine ! (car je crois que nous nous sommes croisées sur Facebook un peu plus tôt 🙂 )
      Si vous êtes un peu perdue, je vous conseille de vous rapprocher de l’AFEP, qui m’a bien aidée pour trouver un professionnel compétent pour passer les tests. Ils pourront sans doute vous orienter vers quelqu’un de votre région. Je vous souhaite bon courage,
      Chloé

  • Reply sylvie 30 décembre 2016 at 20 h 16 min

    super intéressant!! malgré tout ce que j’ai déjà lu je pleure avant d’arriver à la fin de l’article…. je reprendrai la lecture plus tard! mais ça fait du bien….

  • Reply Jeanne 2 janvier 2017 at 12 h 43 min

    J’ai découvert ce site hier soir je l’ai dévoré, c’est super merci ! Ça fait étonnamment du bien de savoir que mon comportement a un moule (en forme de zèbre !) et que je ne suis pas un être psychologiquement désarticulé, mais juste articulé sur un autre modèle. Ce n’est pas une pathologie quoi !

  • Reply hubert 20 janvier 2017 at 6 h 07 min

    Bonjour,
    Merci encore pour vos articles. Une telle « lumière » me permet enfin de comprendre mon fils et surtout l’aide à SE comprendre.
    Savoir ce qu’il ressent est une source de…. Je ne trouve même pas les mots.
    Et même lui, me demande de lire avec lui vos articles. De le voir, au fur et à mesure de vos chapitres me dire « à bien c’est pour ça alors ».
    Se comprendre, s’accepter, sont déjà des grandes étapes pour mon fils et je ne peux que vous dire « Merci ».
    Et je comprend aussi : Non mon fils n’est pas bizarre, non ses réactions ne sont pas bizarre. Il est comme ça, il ressent et ose ressentir les choses. C’est à nous de faire attention à lui et de maintenant lui offrir un environnement lui permettant de s’ouvrir et de s’épanouir.
    Merci pour nous.

  • Reply YAYA 27 janvier 2017 at 12 h 12 min

    Bonjour,
    Encore un très bon article, merci.
    Personnellement, ce qui finit de m’achever, c’est la tête de mes interlocuteurs quand je suis tranquillement dans mon rôle de caméléon quand, dans un moment d’inattention, je lâche une phrase ou une idée sans passer par la case « filtrage ».
    Je sens qu’ils ne comprennent pas ce que je veux dire, et se demandent d’où vient une telle idée. Souvent on doit changer de sujet à ce moment là, tellement le décalage est important avec la discussion en cours qui se retrouve interrompue.
    Ça renforce dans le sentiment que nos vraies idées, nos vraies pensées ne sont pas les bienvenues auprès des non-zèbres
    Alors on remet le masque….

    • Reply Rayures et Ratures 30 janvier 2017 at 15 h 06 min

      Bonjour Yaya,
      Je vois très bien ce que vous voulez dire. Parfois, je mets mon masque et puis à un moment donné je me sens à l’aise, il tombe et *PAF* je suis découverte 😉
      Courage !

  • Reply Peach 14 juin 2017 at 12 h 15 min

    Est ce que c’est possible de se retrouver dans tout ce que tu dis sans être zèbre ?
    J’ai recherché mes « symptômes » sur le net et je suis tombée sur la surdouance…Cependant, je ne sais pas si cela est mon cas et j’ai peur de demander l’avis à un expert par peur de paraître prétentieuse ou naïve, ou les deux.

    • Reply Rayures et Ratures 14 juin 2017 at 15 h 31 min

      Bonjour 🙂
      Tous les zèbres n’ont pas forcément toutes les caractéristiques dont je parle (le vécu, la personnalité, l’environnement ont forcément un impact), et toutes les personnes qui se retrouvent dans ces caractéristiques (qui sont humaines à la base 😉 ) ne sont pas forcément des zèbres 🙂
      En revanche, si vous vous retrouvez dans tout, et que vous vous posez la question, je pense que ça peut vous aider de demander l’avis d’un expert ! Ce n’est pas un test de niveau avec un résultat « réussi ou échoué », il n’y a rien de prétentieux ou de naïf, vous avez le droit de vous demander comment vous fonctionnez car si vous cherchez sur internet c’est que vous devez ressentir un décalage ou quelque chose qui vous pose problème. J’espère que vous trouverez la réponse 🙂 Bon courage !

  • Reply Flo 9 octobre 2017 at 13 h 17 min

    Bonjour,
    J’ai découvert votre site il y a quelques jours… Mon moi secret révélé au grand jour ? Sur Internet ? Ouh la la ! Je me suis dit, mais comment est-ce possible qu’elle me connaisse à ce point, alors que je ne lui ai jamais parlé de moi ?! J’avoue que j’ai même versé quelques larmes à la lecture de certains de vos articles, l’émotion – mesurée, hé hé évidemment 😉 – partagée entre grande colère et grand soulagement. Je vais avoir 55 ans et votre article sur la vie professionnelle colle parfaitement, rien à changer, tout est vrai ! Une amie, même pas étonnée (c’est une vraie amie), qui connait bien le sujet, m’a demandé si je n’y avais jamais pensé. Ben non. Pourtant j’ai des preuves, si si… mais voir l’article « Le phénomène de l’imposteur » 🙁 ! Il parait que j’ai appris à lire et à nager toute seule à 4 ans (sauté le CP, du coup) et lors d’un test de QI pratiqué par un prof au début de mes études ( sérieusement, mais dans un cadre informel), j’avais obtenu 138. Ah. C’était il y a longtemps, j’avais répondu à trois pauvres questions et joué avec des chiffres à retenir, je ne savais même pas à quoi cela correspondait ! Et si j’étais intelligente, ça se saurait ! j’aurais un poste à responsabilités, je ferais partie des catégories socioprofessionnelles supérieures, je serais riche, ou célèbre, ou les deux à la fois ! Sinon, côté pensée divergente, interactions sociales – pfff, que d’ennuyeux dîners, je confirme- , rapport à l’autorité, relations amoureuses – ouh la la que c’est compliqué – , faux-self, je me retrouve telle que je suis. Cool. Ou pas ! Je ne sais pas encore si j’accepte d’être un zèbre. Je vais y réfléchir hi hi hi !
    Un grand merci pour ce blog, qui me permet au moins de découvrir que je ne suis pas totalement folle. Par contre, je ne sais pas comment être un peu moins la seule à me comprendre, notamment avec certains de mes proches, si vous avez un conseil, je suis preneuse !

    • Reply Rayures et Ratures 16 octobre 2017 at 9 h 43 min

      Vous n’êtes pas folle du tout même 🙂
      C’est difficile d’expliquer à ses proches notre manière de fonctionner (c’est déjà difficile de se l’expliquer à soi-même!) mais essayez peut-être de leur faire lire quelques articles, ceux qui vous ressemblent le plus…

    Leave a Reply