Caractéristiques de zèbres

Chapitre 13/1 – la peur de l’échec

15 janvier 2017

Ah, la peur de l’échec…

Vous savez, celle qui nous casse dans notre élan, nous paralyse et nous empêche d’avancer. La peur de se tromper. D’échouer.

C’est une des peurs les plus répandues dans la population française, que l’on traîne souvent depuis très très longtemps puisqu’elle nous est transmise dès les premiers jours d’école, si ce n’est avant.

L’hypersensibilité du zèbre, son observation et sa lucidité impitoyable accroissent cette peur qui devient alors maladive et handicapante. Mais pourquoi réagit-on ainsi face à l’échec ?

 

Depuis nos premiers jours d’école, le mot « erreur » est omniprésent dans le discours des professeurs. Il ne faut surtout pas se tromper. Se tromper sera même sanctionné. Mais pourquoi ?

chapitre 13 - 1

Parce que dans le système actuel, à l’école, en entreprise, en société, faire une erreur sous-entend quelque chose de négatif. On n’a pas le droit à l’erreur.

Dans notre société actuelle, on stigmatise même l’échec. Celui qui loupe son examen, celui qui crée une boîte qui ne fonctionne pas aussi bien que ce qu’il avait imaginé, celui qui tente quelque chose d’infructueux, on dit qu’il a échoué, et la société le considère souvent comme un minable, un perdant, un loser. Echouer est alors synonyme de quelque chose de terrible. D’humiliant. De destructeur.


 

Une personne qui a échoué va être marquée pour très longtemps, et son ou ses échecs vont avoir un impact considérable dans ses choix futurs. Si l’impact pourrait et devrait être positif (on verra ça dans la deuxième partie du chapitre, en ligne prochainement), il est malheureusement souvent négatif. La stigmatisation de l’échec handicape.

A l’école, faire une erreur est souvent interprété comme un manque de travail. Si l’enfant se trompe, c’est forcément qu’il n’a pas assez travaillé sa leçon. Ou bien qu’il n’a pas fait attention en complétant l’exercice. Parfois même, certains l’interprètent comme un manque d’intelligence. Si l’enfant se trompe, il faut le sanctionner, le punir, pour l’empêcher de recommencer.

chapitre 13 - 5
Manque de travail, manque d’attention, manque d’intelligence… Cette notion de « manque » résonne dans la tête d’un enfant ou d’un zèbre adulte comme un synonyme d’infériorité. Si on fait une erreur, c’est que l’on est inférieur aux autres, à ceux qui ont répondu correctement. Si on fait une erreur, on risque la réprobation des enseignants, des collègues, des supérieurs hiérarchiques.


Quoi de pire pour un zèbre qui passe son temps à chercher l’approbation et l’affection ?

Alors, il en déduira qu’il est interdit de se tromper, qu’il faut toujours avoir la bonne réponse. Et que s’il ne l’a pas, il décevra son entourage.

chapitre 13 - 6

*

*

Justement, lorsque le zèbre a une peur maladive de l’échec, de quoi a t-il peur réellement ? N’a t-il pas plutôt peur de décevoir ?

Echouer, en soi, ce n’est pas si terrifiant. Ce qui nous fait peur est bien plus abstrait et complexe.

Pour le zèbre hypersensible et sans cesse en quête d’amour (car l’amour, c’est la sécurité), la peur de l’échec, c’est la peur de ne pas satisfaire. Ne pas satisfaire ses parents, son entourage, ses professeurs. Il est persuadé que s’il se trompe, il décevra son entourage, qui, bien évidemment, ne l’aimera plus. (Logique de zèbre).

C’est la peur de ne plus être aimé.

C’est la peur de la honte. Honte de ne pas être ce que (l’on pense que) les autres attendent de nous.




C’est aussi la peur du jugement. Celui que les gens porteront sur notre erreur. Et celle que nous-mêmes porterons sur notre erreur. S’il se trompe, le zèbre se trouvera lamentable.

Parfois, pour les zèbres adultes, c’est également la peur de réussir. La peur de ne pas pouvoir faire face aux responsabilités ou à la demande.

 

On se doute bien que toutes ces peurs vont avoir un impact sur la personnalité, la réaction ou les pensées du zèbre.

*

*

Quelles sont donc les conséquences de cette stigmatisation de l’échec ?

Là, je crois qu’on peut en faire une liste, car les énumérer dans un même paragraphe serait très indigeste.

 

  1. L’une des principales conséquences de la peur de l’échec, c’est la dévalorisation. La stigmatisation de l’échec a un impact énorme sur l’estime de soi. Une mauvaise note sera très mal vécue par l’enfant zèbre, et une correction peut être très mal vécue par l’adulte zèbre au travail. Le zèbre retiendra que se tromper, c’est être idiot, et sera persuadé d’être un incapable. Il doutera de ses capacités.

Parfois, pour combler ce manque de confiance, les zèbres vont à l’inverse se comporter comme s’ils étaient très sûrs d’eux. En apparence.

  1. L’anxiété générée par la peur maladive de l’échec chez le zèbre crée souvent un blocage intellectuel qui met l’enfant en difficulté, et le conforte dans son ressenti d’échec.



  1. Le manque d’autonomie. Les enfants (tous, pas que les zèbres), n’apprennent pas à travailler pour eux-mêmes à l’école. Ils apprennent à travailler pour atteindre les objectifs fixés par les professeurs. En entreprise comme à l’école, c’est une figure d’autorité qui leur dira s’ils ont « réussi ». Ils travaillent pour validation, pour ne pas décevoir. Ce qui n’est pas du tout un comportement autonome.



  1. Pas étonnant donc qu’ils manquent de persévérance, s’ils ont perdu le sens de ce qu’ils font ! Les zèbres ont un besoin existentiel de sens, comme on l’a vu dans un précédent chapitre, alors s’ils ne savent pas pourquoi on leur demande de faire quelque chose en particulier, il y a de grandes chances pour qu’ils pensent que ça ne vaut pas la peine d’insister. Le risque d’échec est trop élevé.



  1. Par peur d’échouer, on procrastine. Et on n’entreprend plus. A trop s’attarder sur ses erreurs, le zèbre renonce, pense que ça ne vaut pas la peine d’insister. Il préfère ne plus prendre le risque de décevoir ou d’être lui-même déçu. Adulte, il a peur d’entreprendre. Devant la peur de l’erreur, il refuse de prendre des risques ou tenter de nouvelles expériences. Pourtant, la satisfaction qui découlerait de la prise de risque serait nettement plus élevée… C’est dommage.



  1. Certains zèbres réagiront à cette peur de l’échec en devenant perfectionnistes. Plus que du simple perfectionnisme, on parle même de perfectionnisme obsessionnel ou excessif. Pour être certain de ne pas se retrouver en situation d’échec, le zèbre fera en sorte d’être le premier partout, tout le temps, de tout faire parfaitement. Son niveau d’exigence est considérable.



  1. Trouver une excuse pour rater. Parfois, le zèbre préfère même ne pas travailler pour ne pas risquer d’échouer. De cette manière, il saura expliquer son échec, il aura fait exprès.



Lorsque notre niveau de peur est très très haut, on vise la perfection pour se rassurer. C’est parfait, ou c’est pas la peine. Si on a peur de l’échec, on ne veut faire que ce que l’on connait, ce que l’on maîtrise, car on a beaucoup moins de chances de se tromper. Mais croyez vous vraiment que la réussite est là ?


Non. L’échec est là. L’échec, c’est ça.

C’est ne pas passer à l’action. De rester dans la routine. De ne pas essayer. De ne pas créer. De craindre.

Le seul moyen d’échouer, c’est donc de le décider soi-même.

chapitre 13 - 19Et si on changeait d’attitude, alors, face à l’échec ? Si on arrêtait de stigmatiser nos erreurs ?

Mais ça, on en parlera la prochaine fois !

Vous avez lu la partie négative, maintenant, place à la partie positive, celle qui normalement vous remotive et essaye de donner quelques petites clés pour dépasser ces blocages : c’est ici 

 

You Might Also Like

15 Comments

  • Reply desplots 16 janvier 2017 at 19 h 58 min

    Merci! Voilà un article qui fait du bien et qui éclaire bien des choses!! Je prend pour moi, pour ma fille et je pense fort à un ami à qui ça fera du bien aussi, d’ailleurs je vais lui parler de votre site, sûr de sûr! c’est meilleur quand on partage 🙂

    • Reply Rayures et Ratures 16 janvier 2017 at 20 h 14 min

      Merci à vous 🙂
      Promis, la prochaine partie sera positive 😉

  • Reply WYD 20 janvier 2017 at 15 h 10 min

    Encore un article plein de sens pour moi.
    Et c’est en larme que je clos la lecture.
    Au plaisir de voir la suite 🙂

  • Reply Sylvain 8 février 2017 at 13 h 57 min

    Merci ! 😀

    Moi aussi j’ai conclu l’article avec quelques larmes.

  • Reply Sam 15 février 2017 at 5 h 08 min

    Bonjour,
    Je viens de tomber sur ton blog. Waouh il est super intéressant. Je me reconnais mots pour mots dans cette article, bien que je ne sois pas zèbre.
    Je me demande si ce n’est pas la structure de la société qui pousse à agir ainsi. Comme tu dis structure de l’école et monde du travail.
    Moi je pense que pour ma part c’est ça, et le fait que j’ai toujours réussi ma scolarité de À à Z sans faire vraiment d’efforts pour le moment. Et arrivée à l’Université, première année sans faire d’efforts également. Sauf que depuis deux ans je me suis réorienter dans une licence (sans redoublement) avec énormément de travail horaire. Ou il faut donc s’organiser pour pouvoir être efficace et faire son travail. Chose que l’on fait normalement depuis longtemps, or que je n’ai jamais faites. J’ai réalisé alors, que jusqu’à la je n’avais JAMAIS appris à travailler correctement. Or vu que j’ai toujours réussi,j’ai peur que l’échec provoque chez mes parents la déception, qu’il ne m’aime plus, qu’ils se disent que je n’étais pas ce qu’ils pensaient etc. Donc s’en suit toute les choses de l’article, blocage psychologique intensif, anxiété etc , procrastination, perfectionnisme. C’est tellement épuisant ! Je me demande si je ferai pas mieux d’échouer une vraie fois dans ma vie, pour me rendre compte que l’échec n’est pas fataliste.
    Je me reconnais parfaitement.
    Ton blog est aussi très intéressant pour les non zèbres :-). En lisant on a bien plus de point commun que ce que je m’imaginais.

    • Reply Rayures et Ratures 20 février 2017 at 16 h 41 min

      Oh comme je me retrouve dans ce que tu dis ! Je vais poster la suite de l’article demain (la suite positive 😉 ). Il n’y aura pas de solution miracle, mais peut-être que cela vous permettra de prendre un tout petit peu de recul face à l’échec !

      Oui, la peur de l’échec est une peur universelle, elle n’est bien entendu pas réservée aux zèbres 😉 Je parle des zèbres dans ce blog car j’essaye d’expliquer ce qu’il se passe dans leurs têtes, mais beaucoup de gens peuvent se retrouver dans l’une ou l’autre des caractéristiques !

  • Reply SAM 21 février 2017 at 22 h 23 min

    Merci de votre retour! 🙂
    Oui je comprend tout à fait votre démarche d’explication de ce qui se passe dans leur tête, et c’est aussi ce qui est intéressant dans votre blog. En plus de votre manière très bien écrite et créative d’aborder le sujet bien sûr! 🙂
    En fait j’ai juste préciser que je n’étais pas zèbre pour détruire certaines « cases ». Car bien entendu comme vous l’aviez dit dans un autre commentaire pour me répondre sur un autre article, il n’y a pas de « case ». Et je vous rejoins la dessus on est jamais que ceci ou cela, notre personnalité est multiple et ne se réduit pas qu’à une chose. Ainsi dans cette personnalité multiple, on aura plus de point en commun avec certaines personnes que d’autres, certes, mais on pourra toujours avoir des points communs. Et j’ai senti important de le préciser, car je suis aller sur différents sites parlant de zèbres, dont certains était très sectaire. En traçant une ligne toute faites entre « zèbres » et « normopensants » et disant que l’on ne pourrais jamais comprendre,rien en commun, qu’il fallait pas nous fréquenter etc… J’ai était hyper atteinte par ce type de raisonnement et rejet aussi direct, car je ne vois pas de « ligne » justement, je vois des différences comme des points communs. Ainsi je tenais à préciser que j’avais également ce point commun par exemple. Comme ça des personnes ayant traîné auparavant sur ce genre de site qui arrive sur votre blog plein de bienveillance et ouvert d’esprit peuvent se comprendre en tant que zèbre, mais également en tant qu’être humain. En voyant qu’est-ce qui les rapproche de d’autres personnes par exemple. Bien sûr après c’est peut être déplacé d’avoir écrit cela plus haut mais c’était surement sous le coup d’émotion après avoir vu ces opinions de rejet.
    Je vais également lire la suite positive merci à toi (ou vous)! Haha je ne sais plus si je dois vous vouvoyer ou vous tutoyer, car j’ai tutoyer automatiquement sous le coup de l’émotion car j’aimais bien l’article etc, mais j’ai oublier que les règles conventionnelles sont de marquer une certaines distance. Vous me diriez si l’un des deux (tutoiement, vouvoiement) vous dérange, et j’opterai pour l’autre.

    • Reply Rayures et Ratures 21 février 2017 at 22 h 39 min

      Je préfère le « tu » 😀 😀
      Et je suis complètement d’accord ! Marre des sites sectaires ou ceux qui demandent la preuve d’un test de QI pour prouver que les membres du groupe sont bien des zèbres ! Ici j’accueille tout le monde, car chacun a à apprendre des autres 🙂 Tout le monde peut venir, lire, parler, échanger, donner son avis 🙂

  • Reply sonia 1 mars 2017 at 19 h 18 min

    Bonjour, je tenais à vous dire à quel point j’adorais vos articles.
    Vous axez la douance sur ses aspects intellectuels purs mais aussi sur ses dimensions émotionnelles nombreuses et intenses.
    Un portrait qui me correspond bien à ma zébritude.
    Pour moi prof,maman de zébrés, tdah, fan de pédagogies alternatives et différenciées, votre blog est LA référence lorsque je veux sensibiliser les parents, les collègues ou les potes à la précocité intellectuelle. Votre Blog est celui qui me laisse penser qu’un non initié au haut potentiel, ne serait pas mal à l’aise tant vous accueillez vos lecteurs avec chaleur, humilité et sincérité.

    J’ai, pour ma part, lu beaucoup d’autres blogs que j’ai fini par trouver un peu trop » fermés » et « présomptueux » ou à mon goût.
    Mais cela dépend de nos sensibilités et parce que aussi vous parlez de la douance avec sérieux mais sans vous prendre trop au sérieux non plus. C’est sans doute pour cela que votre blog est fédérateur.

    merci et bonne soirée.

    • Reply Rayures et Ratures 1 mars 2017 at 19 h 34 min

      Oh ! Merci infiniment Sonia 🙂
      Vos compliments me touchent d’autant plus que je souhaite vraiment expliquer simplement aux non initiés ce que ça veut dire « être précoce/surdoué/zèbre/haut potentiel » afin de dissiper les clichés ! Alors quand je lis votre message, et quand je lis les nombreux messages de « non zèbres » qui me lisent, je suis vraiment contente !

      Je suis en ce moment en train de réfléchir à ma prochaine rubrique sur le blog, et je souhaite illustrer des témoignages de zèbres afin de montrer que si nous partageons des traits et caractéristiques communes, nous sommes tous très différents (et bien loin des clichés) et je souhaite mettre en avant cette jolie diversité 🙂
      Si cela vous intéresse de témoigner, n’hésitez pas à m’envoyer un email sur rayuresetratures@gmail.com, je vous expliquerai tout !

      Merci encore, et très bonne soirée,

      Chloé

  • Reply Hakuo 2 mai 2017 at 12 h 01 min

    Coucou ! J’ai 17 ans et y’a pas si longtemps, j’avais une petit obsession pour la surdouance, j’avais cherché pleins d’informations sur des sites différents et j’étais tombée sur ton blog, qui m’a vraiment marqué ! (les illustrations donnent vraiment un plus je trouve.) j’ai écumé les mers de Google pour retrouver ton site après quelques mois et…me voilà. J’avais vraiment le cafard, à cause d’une chose que je n’avais pas réussi et ton article sur l’échec m’a mit le baume au cœur. Vraiment ! Les illustrations sont trop chou en plus. Je ne sais pas si je suis surdouée, mais je me pose tout pleins de questions (ça serait logique maaais…?)

    Comme par exemple, le déficite d’inibition latente…je vois que tu as fait de ton mieux pour l’expliqué, mais ça a quand même l’air super compliqué à décrire…Moi parfois, j’ai des « noeuds » dans la tête (est-ce que c’est ce genre de chose …?) Je pense trop et j’arrive pas à m’arrêter, je suis épuisée parce que je passe mon temps à : filtrer et analyser tout ce que je vois et tout ce que moi même je fais et pense. C’est comme si un deuxième moi qui était dans ma tête me surveillait… mais je sais jamais, parce qu’il peut y a voir tous pleins de causes à une même chose.

    Et puis, je ne suis pas sûre d’être une zèbre parce que j’ai une amie (plus vielle que moi) qui l’est, et comme je l’admire et qu’elle m’influence, je me demande si justement je ne serais pas sous cette influence. (aaaah, tant de questions…TROP DE QUESTIONS)

    D’ailleurs…j’aimerais bien passer un teste…mais une chose me fait vraiment peur : et si je payais pour faire un teste pour qu’au final le résultat s’avère négatif ? Je sais bien que ça serait pas bien grave et que j’aurais ma réponse, au final, mais ça me fait peur. Je me doute bien que tu n’as pas les réponses à toutes mes questions (que j’ai du limité hein, parce que sinon ce commentaire n’en finira jamais), mais ça me fait du bien de les partager tout du moins…

    Bref, continue ce que tu fais :D, c’est coolpoule et cheval à rayure ou pas, ça aide vraiment tout le monde !

    • Reply Rayures et Ratures 2 mai 2017 at 15 h 48 min

      Bonjour 🙂
      Merci beaucoup pour ces compliments !
      Tout ce qu’il se passe dans nos têtes est effectivement compliqué à décrire 🙂 Je ne suis pas neuroscientifique donc j’essaye d’expliquer ce que je lis, et déjà ce n’est pas facile 😉
      Toutes les personnes avec qui j’ai discuté m’ont dit qu’elles pensaient trop aussi et n’arrivaient pas à s’arrêter !
      Pour ce qui est d’être zèbre ou pas, je ne sais pas si c’est très important de le savoir, mais en tt cas si tu te poses autant de questions c’est important de comprendre comment tu fonctionnes ! Payer et passer un test où on ressort simplement avec un chiffre, je doute que cela t’aide vraiment, en revanche si tu trouves un professionnel qui connaît vraiment bien ces tests, il pourra t’aider à comprendre qui tu es. Tu n’auras pas un résultat positif ou négatif à la fin, s’il est compétent tu auras certes un chiffre de QI (car c’est la mesure après tout), mais tu auras surtout des indications sur ton fonctionnement. On ne te dira pas « non tu n’es pas zèbre allez au revoir !  » car ce n’est pas le but 😉
      Après, renseigne toi bien sur les différents professionnels pour justement en trouver un qui n’a pas un prix exorbitant et qui prend du temps avec toi pour discuter et analyser ton fonctionnement.

      Bon courage 🙂

  • Reply lilou 6 mai 2017 at 22 h 47 min

    Merci pour ces explications,
    je m’interroge bcp sur tout cela (zèbre ou non) et cette peur de l’échec, cette facilité à choisir le chemin le plus simple sur lequel on ne risque rien me parle bcp. J’ai bien aimé ton passage sur le fait de travailler pour être aimé des profs. Ca dure longtemps tout cela, la preuve : je suis passé de l’autre côté et j’ai toujours la même sensation … travailler pour être aimée… des élèves !!! Ressentir parfois de la honte/tristesse/échec quand on sent qu’on ne les satisfait pas tous … et alors devoir gérer avec son hyperémotivité !
    Merci pour ton blog que je découvre aujourd’hui et que je dévore.

    • Reply Rayures et Ratures 10 mai 2017 at 9 h 28 min

      Merci à toi pour ton commentaire 🙂
      C’est génial d’être passée de l’autre côté, tu peux sans doute mieux comprendre certains élèves et mieux les aider !
      Mais oui, le « jugement » d’une classe de jeunes élèves ne doit pas être facile à accepter… Courage 🙂

    Leave a Reply