Caractéristiques de zèbres

Chapitre 8 – un besoin vital de sens – partie 2

21 mai 2016

le monde de sophie copie

***

a

a

chap8 v21 copie

« On m’a souvent dit que j’étais fatigante avec mes questions, on m’a aussi souvent demandé pourquoi je me prenais la tête avec toutes ces questions sur l’existence, le monde, que ça ne servait à rien car personne ne connaît la réponse. Pourtant, ce que je sais, moi, c’est qu’il EXISTE une réponse. Il y a forcément une réponse !

Alors j’ai arrêté de poser ces questions aux autres, et même si je pense que tout le monde devrait se demander qui nous sommes, pourquoi nous sommes là, et d’où vient le monde (c’est quand même hyper important non?), j’ai arrêté d’en parler. Pourtant, ces préoccupations et la sensation de vertige qui va avec ne m’ont jamais quittée. Je cherche mes réponses toute seule, je lis des livres ou des articles, de science, d’histoire, de philo, de socio, je lis ce que d’autres personnes ont pensé et écrit sur ces mêmes questions, et ça m’aide à me forger une opinion. Je n’ai pas pour autant trouvé la réponse (on le saurait 😉 ), mais la philosophie aide à apaiser mon questionnement incessant.

Bon, ça ne m’empêche pas d’angoisser encore. En ce moment, je suis perturbée parce que je n’arrive pas à me représenter la dimension du temps. A chaque fois que j’y pense (donc souvent), j’ai l’impression d’être emportée dans un tourbillon, de flotter, de ressentir un malaise et la tête qui tourne.

vertige copie


Depuis aussi longtemps que je me souvienne, je me suis toujours un peu plus intéressée à ces questions autour de l’univers et de la vie que mes camarades, mais j’ai toujours été aussi un peu plus terrorisée qu’eux à l’idée de recevoir une météorite sur la tête. 

Ils me disaient «ben c’est pas de chance, mais si une météorite tombe sur la Terre on ne sentira rien et on sera tous morts ». Hum…  Ça ne me rassure pas du tout ! Personne ne se demande ce que sera le monde après ? Quand il n’y aura plus de Terre mais que les autres planètes seront encore là? Et puis ça ne résout pas mon problème de ce qu’il y a au delà… Alors ça m’angoisse encore plus et je me pose encore plus de questions » 

chap8 v2 copie

a

a

***

Si le zèbre est aussi intéressé par les mystères de la vie, par la mort, par les limites de l’existence, par le langage, par les hommes, par la création du cosmos, c’est parce qu’il veut comprendre le monde.

Comprendre pourquoi la vie existe.

Quel est son intérêt.

Pourquoi il est là.

Ce qu’il doit faire de sa vie.

Comment sauver le monde.

Ce qu’il y a ailleurs.

Ce qu’il y a au-delà.

Ces questions posées sans limite sont bien souvent laissées sans réponse, et le zèbre se retrouve frustré, et surtout, anxieux.

Car si personne ne sait vraiment, si personne n’a de certitude, comment faire ?

chap8 2 copie

Pour faire un choix, le zèbre a besoin d’avoir en possession absolument toutes les données, car évidemment, il envisage simultanément et en profondeur toutes les hypothèses avant de choisir. Ne pas savoir, ne pas connaître le sens de la vie, ça le plonge dans un état d’anxiété avancée dès lors qu’il faut faire un choix, car il manque une donnée.

Ca veut dire qu’il faut faire un choix arbitraire alors, n’est ce pas ?

Et ça, c’est inconcevable.

Cette anxiété et ce doute permanents fragilisent énormément l’équilibre psychologique du zèbre.

Puisque souvent, le zèbre est frustré car il n’a pas obtenu les réponses qu’il espérait à ses questions, il va les chercher lui-même.

detective copie

C’est encore une caractéristique assez répandue chez les zèbres, le fait d’être autodidacte.

Pour satisfaire sa soif d’apprendre, il lit et se renseigne sur des sujets très spécifiques (merci Internet 🙂 ), souvent métaphysiques d’ailleurs. A l’école, il apprend souvent mieux ce qu’il apprend tout seul. Non seulement parce qu’il apprend à son rythme, mais aussi et surtout parce que ça l’intéresse, et donc parce qu’il sait pourquoi il l’apprend.

Ah, savoir pourquoi il l’apprend. Toujours ce besoin de sens et d’intérêt.

Pour accepter une consigne, que ce soit à la maison, à l’école, ou au travail, il faut d’abord qu’il sache et qu’il comprenne pourquoi on lui demande de faire ceci. Et comment il doit le faire. Alors, pour avoir ces informations, il va constamment demander des précisions et des justifications.

pourquoiii copie

Et s’il n’est pas convaincu de la raison pour laquelle on lui demande de faire ceci ou cela, il va argumenter, négocier, demander des explications, aller toujours plus loin, creuser, et voudra souvent avoir le dernier mot pour s’assurer qu’il a bien compris et qu’il a raison.

Malheureusement pour lui, c’est souvent mal perçu pour quelqu’un qui ne pense pas comme lui, car c’est souvent perçu comme de la provocation ou de la prétention.

Pourtant, le zèbre voulait juste être rassuré.

On ne s’en rend pas forcément compte, dit comme ça, mais ça peut créer des joutes verbales très violentes, très intenses et très blessantes pour tout le monde.

De la même manière, lorsqu’il est confronté à une règle ou une loi, il en discutera tous les détails. Il remettra sans cesse en question les règles qui lui semblent souvent impertinentes, montrera d’ailleurs du doigt toutes les impertinences, posera des milliers de questions afin de savoir le pourquoi du comment, et éventuellement, finira par respecter la règle s’il la comprend. Si on lui prouve qu’il faut la respecter.

 

Vous imaginez bien que ça pose un sérieux problème quant au respect de l’autorité, mais ça, on le développera la prochaine fois 🙂

You Might Also Like

12 Comments

  • Reply Flora VEGET'all family 25 mai 2016 at 17 h 06 min

    Je viens de découvrir votre blog via un compte instagram. Je texte est très bien écrit et si juste. Je m’en vais lire les autres et partager votre travail sur Facebook Bonne continuation et merci

    • Reply Rayures et Ratures 25 mai 2016 at 17 h 10 min

      Merci Flora, ça me fait plaisir 🙂
      Vous pouvez retrouver les articles sur la page Facebook Rayures et Ratures, c’est plus facile à suivre 🙂

  • Reply Jazzy-Vertix 11 juin 2016 at 17 h 04 min

    Je viens de découvrir ce blog il y a quelques jours.
    Et je dois avouer que cela m’apporte un certain soulagement. Je ne serais donc pas seule à me poser autant de questions, à chercher à savoir le pourquoi du comment pour chercher un sens, être rassuré!
    Cela prouve bien que je ne suis pas folle!
    Car longtemps, j’ai posées des questions, sur la vie, la mort, les étoiles, le cosmos, et pour une raison que j’ignore, cela tend à énerver les gens. Comment donc font-ils pour vivre sans questionnements, et surtout sans éclaircissement?

    Maintenant, je ne pose plus de questions, mais au travail, cela reste car je demande toujours des clarifications, des justifications de ce qu’il y a à faire, du pourquoi on doit le faire. Mais bien trop souvent, le non-verbal de la personne m’indique que cela l’énerve, quand je voulais seulement être rassuré. Mon anxiété provient de ne jamais être comprise et d’être folle, car je sais trop, je décortique sans même le vouloir, et pourtant j’en ai conscience.

    Pourtant, les éléments apporter dans ce blog m’amène de la frustration, non pas des sujets, mais de l’élément du « zèbre », terme dont je ne crois plus à l’existence, car j’ai encore plus de questionnements. Et qui dit plus de questionnements, dit plus grande souffrance encore. J’ai les même caractéristiques d’un
    « zèbre », mais pourtant, tout le monde est différent.
    Bref, sans passer par des détours long et inutile, je suis allée voir une neuropsychologue pour qu’elle me dise ce que j’avais, possédant toutes les caractéristiques du soi-disant « zèbre », mais apparemment on doit obligatoirement avoir un QI de 130, et sans les caractéristiques, pour être considérée comme tel. Selon elle, ces caractéristiques s’inscrirait dans un « trouble de la personnalité ». Mais ici, le terme « zèbre » est utilisée.
    En fait, je n’y comprend plus rien, et cela ne fait qu’augmenter mon anxiété et mon impression d’être folle. Car forcément je le suis, pour se poser sans cesse des questions (et ne plus les poser à quiconque, pour ne plus les « énerver ».

    Alors je pose ma question, quitte à « énerver » les gens, mais je veux absolument savoir. Qu’est-ce qu’être « zèbre »? Pourquoi cela s’inscrit-il dans des « troubles de la personnalité »? Pourquoi est-ce être « zèbre » est considéré comme trouble de la personnalité? Pourquoi la neuropsychologue n’a pas pu me répondre, elle qui a pourtant « étudier » la « douance »? Si elle l’a réellement étudier, alors pourquoi ne prennent-ils pas en compte les caractéristiques qui n’apporte que souffrance tel que le questionnements infini?

    Ou suis-je seulement folle et la seule à se poser des questions sur le cosmos, les étoiles et autres sujets similaires…?
    Car j’ai la même vie que ceux qu’on appelle un « zèbre »…
    Coincidence ou maladie mentale?

    • Reply Rayures et Ratures 11 juin 2016 at 18 h 38 min

      Bonjour !
      Non vous n’êtes ni folle ni seule à vous poser ces questions 😉
      Et je suis contente si je peux un tout petit peu vous soulager!
      Quant au terme zèbre, je l’ai choisi car c’est celui qui me parle le plus, dans lequel je me retrouve. Je trouve que justement il n’est pas connoté.

      Pour moi, ce n’est pas du tout un trouble de la personnalité !!! Je me suis rendue compte (on m’a aidée) que je pensais différemment de la plupart des gens, et que je réagissais différemment aussi, ça a engendré bon nombre de malentendus, et puis un jour j’ai rencontré des gens qui me comprenaient et je me suis dit « ah mais en fait je suis pas toute seule » et j’ai voulu expliquer aux gens ce qu’il se passait dans ma tête. Je considère qu’être « zèbre » c’est une personnalité, pas un trouble du tout. Il y a peut-être trop de gens qui utilisent ce terme maintenant 🙁 Je vais en trouver un autre, promis 🙂

      Je ne suis ni psychologue ni médecin, alors j’explique (ou je dessine) comment ça fonctionne dans ma tête et dans celui d’autres gens aussi visiblement.A
      Après, chacun a ses propres caractéristiques, il y en a certaines que je n’ai pas, ou peu.
      J’ai effectivement passé un test de QI mais la psychologue m’expliquait justement que le chiffre reflétait très peu de choses, mais que l’analyse de ma façon de répondre aux questions lui donnait beaucoup plus d’informations. Et grâce à ça j’ai pu comprendre beaucoup de choses et m’adapter lorsque je suis confrontée à une situation qui n’est pas naturelle pour moi.

      J’espère vous avoir un peu aidée, et au plaisir d’échanger à nouveau, par mail si vous préférez !

      Chloé

      • Reply Jazzy-Vertix 12 juin 2016 at 5 h 35 min

        Merci mille fois d’avoir répondu.
        Moi non plus, je ne vois pas la « zébritude » comme un « trouble de la personnalité ». C’est pourtant ce que la neuropsychologue m’a dit après la collecte des informations. Fait intéressant, elle n’a pas du tout tenu compte des caractéristiques qui me faisait souffrir, tel la pensées en arborescence, la quête de sens, l’hypersensibilité… Elle m’a même conseillée de prendre des médicaments, ce qui m’a rendu perplexe. Aucun médicament ne peut arrêter cette soif de connaissance et cette quête incessante de sens.
        En fait, cela ne dépendrait uniquement que du quotient intellectuel de 130. Ce qui m’a quelque peu déçu et frustré, car je suis retournée à la case départ, mais avec plus de questionnements, donc plus de souffrances. Non seulement la souffrances cause de l’anxiété, mais c’est encore plus fort lorsqu’on ne peut même pas mettre le doigt sur ce qui ne va pas.
        Moi aussi j’ai une différence de pensée (et de taille) et je réagis également différemment de la moyenne des gens, ce qui a amené tellement de conflits inutiles. Malheureusement, on me répond toujours que « tout le monde est différent ». Oui, mais moi je suis différente de cette moyenne… Comment le leur expliquer…? Comment en trouver le véritable sens?
        Je suis heureuse de constater que je ne suis pas la seule à dire d’avoir « une différence de pensées et de réagir ». Normalement, c’est moi qui utilise ces mots. Sans me faire comprendre…

        Je vous envie d’avoir pu rencontrer quelqu’un qui vous guide et vous comprenne. Je n’ai pas eue cette chance, et je dois tout les jours composée avec une douleur sans nom. La douleur de comprendre trop, et trop vite. De vouloir avoir du challenge, au lieu de devoir suivre la torture de la lenteur du processus, surtout scolaire. Ma seule satisfaction est de créer : créer des personnages, des histoires. Utiliser mon imaginaire pour m’évader. Et même mon imaginaire semble plus développés que la moyenne des gens. Ou du moins, c’est ce que j’ai observée. En fait, la créativité est primordiale pour moi. C’est comme respirer. Les arts, c’est pas que l’inspiration, mais également l’expiration, donc la manifestation.

        Oui, j’aimerais bien échanger, et par mail ne me dérange pas. Je serais heureuse de voir ce que donne le fait de communiquer avec quelqu’un qui semble partager les même caractéristiques.
        Si cela ne dérange pas, mon mail est : JazzyVertix@gmail.com

        au plaisir,

        • Reply Elyzèbre 25 juillet 2017 at 22 h 32 min

          Bonjour,
          Votre intervention est déjà ancienne et peut-être avez-vous trouvé des réponses depuis (enfin, quelques unes).
          Sinon, vous pouvez vous appuyer sur le site douance.org ou sur le site de l’association mensa-france.net.

          Et puis, je pense que votre neuropsychiatre est nulle : on n’est pas « normal » à 129 de QI et zèbre à 130 ! Comme pour beaucoup de choses dans ce monde, il y a une progressivité, je pense.

  • Reply Bruno 29 juin 2016 at 18 h 51 min

    Grande découverte pour moi en ce dimanche matin. A la lecture d’un post d’une amie sur FB (Merci Christelle ), j’ai enfin compris qui je suis.

    Ma vie sera-t-elle différente après ça? Je ne saurai le dire, mais je vais essayer d’avancer au mieux à présent. Au moins cela m’aura permis de mieux comprendre ma jeunesse dans son ensemble et ma vie d’adulte (deuxième Age) et surtout les décalages qui ont existés dans ma vie privée et surtout professionnelle. Les gens qui m’ont entourés, encadrés, jugés, classifiés sans comprendre que j’étais diffèrent car n’entrant pas de le moule d’une société à visage unique et ne voulant surtout pas y entrer.

    Si vous cherchez des réponses pour vous (culture personnelle) où pour des gens qui pourraient ressembler à ce petit descriptif, n’hésitez pas à faire un tour sur le net et cherchez le terme « signification zèbre adulte » cela vous mènera vers de nombreuses sources. L’enfant zèbre étant bien plus documenté que l’adulte.

    Bonne lecture et donnez-moi vos retour d’expérience et de lecture.

  • Reply clash of lords 2 hack download 17 octobre 2016 at 5 h 28 min

    Saved as a favorite, I actually like your blog!

  • Reply DRO 10 janvier 2017 at 17 h 42 min

    Merci pour ces posts frais, très bien illustrés et drôles sur ce sujet.
    Je suis un zèbre diagnostiqué. C’est une belle vérité que vous énoncez là.
    Surtout cette phrase : « et ça, c’est inconcevable ».
    Merci de décrire mon quotidien 😉
    Bon courage.

  • Reply Sam 15 février 2017 at 5 h 54 min

    Bonjour,
    Oui moi je ne comprends pas comment on ne peut pas chercher à déconstruire le monde, c’est à dire chercher à comprendre son mécanisme, sa construction dans tous les détails. Comment rester dans un monde que l’on ne comprends pas ? Cependant, pour ma part, quand les questions en amènent d’autres, cela devient fatiguant, car je sais que je n’aurais jamais le temps de tout apprendre, tout savoir et ça me trouble.
    Cependant pour ma part, je pense que c’est une caractéristique d’un trouble de la personnalité, je suis curieuse, mais à la fois je peux être des fois très angoissée. Ça peut faire un combo explosif.
    Néanmoins je suis contente d’avoir ce point en commun avec des gens comme vous les « zèbres » et peut-être d’autres caractéristiques de personnes. 🙂
    Sauf qu’en même temps cela me rend triste, vous avez quelque chose de particulier, or que moi je n’ai rien.
    Bien à vous ! Et merci pour votre article.

    • Reply Rayures et Ratures 20 février 2017 at 16 h 48 min

      Nous avons tous quelque chose de particulier ! Zèbres ou non-zèbres. Encore une fois, zèbre n’est pas une case 😉
      Je pense que plus on est curieux, plus on est lucide, et plus on risque donc d’être angoissé… ça ne me parait pas être un trouble de la personnalité, juste un aspect de la personnalité, une qualité même, qu’il faut apprendre à gérer, mais je ne suis ni psy ni experte alors je laisserai la parole aux professionnels 😉

    Leave a Reply