Bonus

Les préjugés ont la vie dure – billet d’humeur

20 juin 2017

Les préjugés ont la vie dure.

Lorsque j’ai commencé à écrire ce blog, je l’ai gardé relativement secret. Vous remarquerez qu’il n’y a pas d’article à propos. Pas de photo. Pas de détail précis me concernant, si ce n’est mon prénom et quelques anecdotes disséminées dans mes articles mais qui pourraient concerner n’importe qui. J’ai créé une page Facebook, mais je ne la partageais pas avec mes connaissances. Seules quelques personnes de ma famille et deux ou trois amis proches (et zèbres) savaient qui se cachait derrière cette page. J’avais très peur du jugement lié aux idées reçues sur le sujet. Peur que collègues ou employeurs tombent dessus, aussi, et ne comprennent pas. Ou prennent cela pour de la prétention comme on le voit trop souvent.

Puis petit à petit, je me suis forcée à le diffuser un peu plus, à ne pas le dévaloriser lorsque j’en parlais, et à avouer que moi aussi, j’étais zèbre. Je suis encore mal à l’aise aujourd’hui face au jugement et aux préjugés, j’ai encore un peu de mal à parler de mon blog et de mon projet de livre auprès des personnes qui ne sont pas familières du sujet. Mais j’assume et j’explique. Je n’ai pas encore dépassé cette peur du jugement car je me sens constamment obligée de justifier le pourquoi de ce projet et d’expliquer, mais j’avance, j’ose, j’assume un peu plus. Je ferai même peut-être bientôt un article « à propos » comme vous me le demandez souvent dans vos messages !

x

Ces dernières semaines, j’ai discuté du blog et plus généralement des caractéristiques de zèbres avec de nombreuses personnes, zèbres ou non. Je pensais naïvement que ces personnes qui ont lu presque tous les chapitres sur le blog comprendraient l’importance de dépasser les préjugés et seraient à l’aise pour parler ouvertement de la douance avec moi.

Pourtant, en discutant, voici quelques unes des remarques qui m’ont interpellée :

« C’est dingue, je me retrouve dans absolument toutes les caractéristiques que tu décris, la pensée divergente, envahissante, la créativité, l’hypersensibilité, l’hyperesthésie, les malentendus liés aux implicites… pourtant je suis bien loin, très très très très loin d’être surdouée HA HA HA »

x

x

xx

« Non mais moi je suis pas du tout un zèbre hein, je suis complètement normal, basique, j’étais un enfant précoce en primaire, bon élève et en avance, donc je comprends ce que tu décris, mais je ne suis plus du tout un zèbre, j’ai un parcours banal maintenant»

x

x

x

x

x

«C’est bien ça aide les gens, mais tu devrais faire pareil pour les sous-doués comme moi, tu sais, ceux qui ont des difficultés relationnelles, qui ne sont pas forcément excellents à l’école, tout ça »

x

x

Ces remarques me rendent triste car je me rends compte que les idées reçues ont la vie dure même auprès d’initiés au sujet, que des personnes potentiellement concernées (mais pas forcément) refusent catégoriquement la possibilité de faire elles-mêmes partie des zèbres. Les rires gênés, les termes utilisés et toujours dans l’excès (surlignés en bleu dans le texte) me font dire que certains ont honte de se penser doués. Que certains voient encore les personnes douées comme étant supérieures et brillantes tandis qu’eux se considèrent « basiques ».

Je comprends que l’on puisse se demander s’il faut assumer et parler de sa douance aux autres ou la taire (car outre quelques personnes proches qui partagent le quotidien ou des enseignants qui pourraient bénéficier de cette information, il n’y a pas forcément d’intérêt à le dire, je crois), je comprends que l’on puisse avoir honte d’en parler aux autres, mais avoir honte d’y penser dans sa propre tête, d’émettre l’hypothèse que nous aussi, peut-être, on pourrait l’être, ça me rend triste.

You Might Also Like

8 Comments

  • Reply sylvie 20 juin 2017 at 20 h 13 min

    Oh!! je pense que c’est dommage, en effet, peut-être ne sont-ils pas prêts??? difficile à dire… En tout cas c’est toujours chouette de lire vos articles et ça me fait un bien fou (c’est un peu égoîste? tant pis j’assume.) Félicitations d’avoir crée ce blog et d’avancer ainsi, en partageant.
    Gros câlin à rayures

    • Reply Rayures et Ratures 20 juin 2017 at 20 h 17 min

      Oh merci 🙂
      Difficile à dire en effet… J’ai tendance à penser (au vu des mots choisis et de la réaction) qu’ils sont encore trop intimidés par les idées reçues cachées derrière les termes surdoué/haut potentiel/ etc mais je n’en sais rien 😉

  • Reply Glougs 20 juin 2017 at 22 h 01 min

    Bonsoir,

    Lecteur récent de ce blog 🙂
    J’ai partagé votre article sur la difficulté dans le milieu professionnel, et j’ai eu entre autre la réponse  » « C’est dingue, je me retrouve dans absolument toutes les caractéristiques que tu décris »
    Avec en sus que c’était vague, que tlm etait un peu comme ca et que des scientifiques ne partagaient pas l’idée qu’il y avait des zèbres et qu’ils étaient spécifiquement différents du reste des gens.
    Que répondre à ca?
    Et connaissez vous des sources fiables qui démontrent cela? une sorte d’effet « barnum » ( teinté d’envie éventuellement? )
    Ca m’intrigue … car peut-etre est-ce le cas ?

    merci 🙂
    (et merci ! )

    • Reply Rayures et Ratures 21 juin 2017 at 7 h 51 min

      Bonjour 🙂

      Oui, ça peut être le cas (pour l’effet barnum). Dans mes articles, je décris des caractéristiques qui sont avant tout humaines et dans lesquels chacun peut donc évidemment se retrouver. La particularité du zèbre, c’est qu’il cumule un certain nombre de ces caractéristiques ! Mais chacun peut se retrouver dans l’un ou l’autre des articles, n’importe qui peut être hypersensible, ou avoir des difficultés relationnelles, ou une pensée envahissante, et surtout, je crois, se retrouver dans l’article sur la difficulté dans le milieu professionnel, qui est très présente chez le zèbre, mais qui est un peu le mal d’une génération je crois !

      En revanche, les personnes surdouées que j’appelle ici des zèbres existent et ont bien un fonctionnement différent (cognitif notamment). La définition propre est que ces personnes ont un QI supérieur à 130. Les études scientifiques ont montré des spécificités cérébrales au niveau de la myélinisation des axones, de l’inhibition, du sommeil paradoxal, qui jouent sur le traitement des informations, la mémoire et l’apprentissage. Les scientifiques n’aiment pas tellement le terme de zèbre qui ne correspond pas selon eux, ils préfèrent surdoué ou haut potentiel, mais zèbre permet à de nombreuses personnes d’accepter leur condition en évitant les idées reçues et connotations du terme surdoué qui peuvent mettre mal à l’aise. Ensuite, les chercheurs en psychologie et psychologues cliniques ont pu mettre en évidence un certain nombre de caractéristiques partagées par la plupart des zèbres (mais pas tous, chacun est unique et réagit différemment en fonction de son vécu et de son environnement) dont je parle dans mes articles.

      En résumé, il peut y avoir un effet barnum surtout sur un seul article (et si vous vous retrouvez dans toutes les caractéristiques et que vous le vivez mal, vous pouvez passer un test ou aller voir un professionnel qui saura vous dire si vous êtes un zèbre ou si c’est l’effet barnum) mais on ne peut pas dire, je crois, que les scientifiques disent que les surdoués n’existent pas 😉

      J’espère que ça vous a aidé 🙂

  • Reply Espoir 20 juin 2017 at 22 h 50 min

    Bravo pour votre billet d’humeur ! vous avez fait un grand pas en osant vous exprimez ainsi. Votre déception je la comprends mais restez surtout positive et optimiste. Vos récits sont précieux pour comprendre le fonctionnement de nos beaux zèbres :). Mon fils est ainsi. Moi ?? je n’en ai aucune idée mais en lisant vos chapitres successifs je me suis reconnue dans tant de particularité de fonctionnement, entre autre dans le domaine professionnel. Gardez courage car je pense que ces situations sont encore très méconnues des personnes et comme vous dites les préjugés sont très longs à modifier. Félicitations et merci.

  • Reply Laura 21 juin 2017 at 1 h 26 min

    Salut.
    Ca fait plusieurs mois que je m’abonne a tout ce que tu postes, a l’affût… J’aime beaucoup tes petits dessins et tes articles concis ( une chose que j’ai du mal a faire lorsqu’il s’agit d’expliquer la douance….). Je te sens sur la retenue dans certains ( ok, ca frustre un peu la passionnelle que je suis, mais heureusement!).

    Je comprends mieux plusieurs choses que j’ai « ressenties » en lisant les articles ( dans mes moments de detente, comme la en sortant du travail en pleine nuit). J’ai un livre en court pour parler de ce que j’ai vecu ( maltraitance, abus psychiques, mere grand mere tante et soeur PN, pere absent, incestuel… Le tout vecu sans savoir que tout ces pourquois, toutes ces intensites… C’etait la douance). Bref. Les ecrits sont là mais il m’est terriblement dur de les ordonner car cela me replonge dans la douleur. D’autant que je comprends mieux tout avec le « filtre de la douance ». Alors j’ai decide de tout poster sur un blog secret, verrouille avec un mot de passe , que je ne partagerai bientot qu’avec ma psychologue et une tante… Pour commencer.

    Je voulais te dire que je comprends. Ca vaut ce que ca vaut, mais saches que ce que tu fais est beau, singulier, et ca me fait chaud au coeur quand je vois que tu as posté quelque chose de nouveau. C’est leger et pas agressif, j’en parle autour de moi quand j’aborde avec des pincettes mes suspiscions de douances autour de moi ( rare, mais quand meme).

    Je pense qu’il y a encore beaucoup a faire, en temoignent ces foutus prejuges, et…. Qu’il y en aura toujours..ne baissons pas les bras. Apres tout on le fait pour nous, et pour ceux qui veulent voir….. On ne peut maintenir les paupieres ouvertes de ceux qui preferent en voir le moins possible.

    Bon je parle trop.
    Au plaisir de te lire,
    Avec coeur
    Laura

    • Reply Rayures et Ratures 21 juin 2017 at 8 h 07 min

      Bonjour Laura,

      Merci beaucoup beaucoup pour ton message. Je suis en effet souvent dans la retenue ou dans la nuance, c’est plus fort que moi, mais je me dis souvent que je ne suis pas psychologue, donc pas légitime, et qu’il faut que je me retienne un peu ou que je nuance bien pour ne pas raconter de bêtises… Petit à petit, j’arrive à assumer de plus en plus 🙂

      Je te souhaite de réussir à montrer tes écrits, aussi difficiles soient-ils, et si un jour tu arrives à franchir le pas de le passer en public je le lirai avec plaisir (déjà parce que tu écris bien, même dans un commentaire, et en plus car c’est un sujet dont j’entends souvent parler mais que je ne connais pas, ça m’intéresse).

      Merci encore pour ce message et au plaisir de te lire également, quand tu le voudras,
      Chloé

  • Reply Scoubidette 23 juillet 2017 at 21 h 42 min

    Le problème je pense vient du fait qu’il y a trop de termes pour définir les surdoués et du coup entre ceux qui se la pètent parce qu’ils ne jurent que par leur très haut QI et ceux qui au contraire ne veulent pas passer pour des pédants et qui veulent ménager à tout prix les ego des uns et des autres un amalgame se crée. Il faudrait passer un test de QI pour être sûr mais voilà ….certains surdoués émotifs le ratent justement à cause de leurs émotions qui les parasitent. Comment se repérer dans tout ça? En lisant pa exemple ce genre d’article magnifiquement explicite. Oui ça aide bcp même si certains continu de douter de leur douance.
    Personnellement je pencherais plutôt pour le terme exacte de surdoués tout en expliquant quand même que le fait d’être en décalage nous fait bcp souffrir car on est pas compris. Zèbres pour les gens veut dire je crois surdoués mais pas autant que les vrais surdoués les genis tel qu’on le voit souvent dans des reportages.
    Alors que surdoués c’est avoir 130 ou plus de qi peu importe le quota. A partir de 130 on bascule dans un au tre mode de réflexion aborescence et compagnie…C’est un fonctionnement qui n’appartient qu’aux surdoués qu’ils aient 130 ou 160 de qi. Ensuite c’est juste une question de rapidité.

  • Leave a Reply