Bonus

A l’attention des équipes M6

24 décembre 2016

ceci-nest-pas-un-enfant-precoce

  Lettre ouverte à l’attention d’M6.

Chaque jour, des parents d’enfants précoces se battent contre les préjugés, se battent pour faire comprendre et accepter la différence de leur enfant aux gens qui les entourent et à l’enfant lui-même, chaque jour ils lisent, se renseignent, cherchent comment aider leur enfant, comment faire en sorte que lui aussi soit épanoui, intégré, comment le rendre heureux.

Récemment, grâce aux livres de très bons psychologues qui ont longtemps étudié la question, ils ont commencé à trouver des réponses et espéré que le reste du monde les comprendraient mieux, maintenant. Ou qu’à défaut de comprendre, ils accepteraient.

Mais ça, c’était sans compter votre émission,  « Les Petits Génies, à la découverte des enfants précoces ». Une émission qui confond génie, prodige et enfant précoce. Une émission qui exhibe des gosses à la télé dans un concours de connaissances, en promettant le titre orgueilleux de « Petit Génie 2016 » (et même de l’ARGENT à la clef…). Une émission qui montre au grand public qu’un enfant précoce ne s’amuse qu’en faisant des rubiks cubes ou du scrabble toute la journée, sait répondre à toutes les questions de culture générale qu’on lui pose, connaît toutes les décimales de pi, et a parfois des notes moyennes à l’école, 18 ou 19 par exemple. Une émission qui montre des enfants poussés par leurs parents pour « réussir ». Une émission qui montre que « réussir » c’est répondre correctement à des questions. Une émission qui traite les enfants comme des bêtes de foire pour faire du show.

Etre un enfant précoce, ce n’est pas ça. Ce n’est pas une question de performance scolaire et d’intelligence rationnelle. C’est fonctionner différemment. Penser différemment. Réagir différemment. Pas mieux. Pas plus. Juste différemment.

Vous ne montrez aucun enfant dyslexique, aucun enfant en difficulté. Vous n’avez prononcé le mot « hypersensibilité » qu’après plus de 2h30 d’émission. C’est pourtant l’une des caractéristiques fondamentales de l’enfant précoce.

Vous ne vous rendez pas compte de la souffrance que vous provoquez par la diffusion de cette émission.


J’ai de la peine pour les enfants précoces, pas les prodiges, non, les enfants précoces, qui souffrent de leur différence et du regard des gens, et qui souffriront encore plus de l’image « intello » véhiculée par votre émission.

J’ai de la peine pour ces enfants précoces qui commençaient tout juste à comprendre leur fonctionnement et aller de l’avant, mais qui ne se retrouveront évidemment pas dans votre émission et douteront d’eux mêmes.


J’ai de la peine pour les parents d’enfants précoces en difficulté qui se retrouvent souvent confrontés aux remarques désobligeantes des professeurs qui ne croient pas qu’un enfant puisse être précoce s’il n’a pas 19 de moyenne. Ces professeurs seront vraisemblablement confortés dans leur opinion après avoir vu 20 enfants faire du calcul mental à la télévision.


J’ai de la peine pour les parents d’enfants précoces à qui l’on reproche de sur-entraîner leurs enfants alors qu’ils n’ont fait que satisfaire leur curiosité.

Et enfin, j’ai de la peine pour certains enfants prodiges que vous avez montrés et qui sont réellement poussés par leurs parents. J’ai de la peine pour ces enfants à qui l’on met une pression insoutenable. J’ai de la peine pour ces enfants à qui l’on dit « tu n’es pas assez sérieuse, il faut travailler » parce qu’ils n’ont pas obtenu le résultat espéré par les parents. J’ai de la peine pour ces enfants que l’on empêche d’être des enfants.

Mais j’ai de l’admiration pour certains parents vus lors de l’émission et qui ont compris que l’affection et l’amour étaient plus importants, qui valorisent les efforts de leurs enfants à passer devant un public, qui sont perdus face à leurs sollicitations mais répondent avec une grande simplicité, honnêteté, beaucoup d’amour et de fierté. Et qui les laissent jouer.

Ce n’était pourtant pas si difficile, M6, de parler correctement des personnes surdouées, vous avez même presque réussi à le faire dans l’émission qui suivait sur les adultes. Vous avez même eu la chance d’avoir de bons intervenants et psychologues. Alors pourquoi si peu respecter les enfants ?

X

x

x

x

x

x

x

Vu/Entendu dans l’émission :

« Elle vaut mieux que 4 points ». Ou comment une mère calcule la valeur de son enfant sur l’étendue de ses connaissances.

« Pas sérieuse » « Pas attentive » « Tu n’as pas assez travaillé ». Ou comment faire culpabiliser son enfant pour avoir mal répondu à une question d’un concours sans intérêt pour l’enfant.

« Oui je crois que je suis un petit génie. Je suis premier partout, et je pense être premier au concours ». Ou comment être déjà imbu de sa personne à 9 ans (c’est pas sa faute hein, mais celle de ses parents peut-être ? )

« Il faut que je repasse le test pour avoir plus qu’Einstein ». 

 

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Marie 26 décembre 2016 at 19 h 54 min

    Votre article est superbement écrit.
    Merci.
    Merci.
    Merci

  • Reply Cindy 28 décembre 2016 at 16 h 30 min

    Je n’ai pas regardé l’émission car rien qu’en voyant la « bande annonce » martelée des jours auparavant, je savais que ça allait profondément m’irriter. Et votre article confirme exactement la façon dont j’avais envisagé la tournure de ce « show ». Votre article est top !

    • Reply Rayures et Ratures 28 décembre 2016 at 16 h 51 min

      Merci Cindy ! Vous avez bien fait de ne pas la regarder. Je vous conseille cependant de regarder le replay du reportage « enfants surdoués, quels adultes deviennent ils ? » qui passait tard dans la nuit et qui est maintenant disponible sur 6play (j’ai retrouvé le lien et l’ai mis sur la page Facebook Rayures et Ratures). On y parle d’hypersensibilité, de trop plein d’informations, de doutes, de parcours en zigzag, d’amour, d’épanouissement, de parcours professionnel… Malgré quelques petites phrases sur lesquelles j’ai tiqué, je me suis vraiment retrouvée dans ce reportage.

    Leave a Reply