Caractéristiques de zèbres

Chapitre 8 – un besoin vital de sens – partie 1

3 mai 2016

On vient de le voir dans le chapitre précédent, petits zèbres et grands zèbres ont du mal à comprendre les mêmes implicites que les autres. Ils fonctionnent différemment, certes, mais c’est aussi car ils prennent tout au pied de la lettre.

Ils vont interpréter une remarque ou une consigne selon le sens littéral des mots choisis par le professeur ou l’interlocuteur.

Eh oui.

On leur reproche souvent des réactions excessives face à une petite remarque anodine de la part de celui qui l’a lancée. Si l’hypersensibilité et l’affectif jouent un rôle très important dans cette réaction, le choix des mots l’est tout autant.

Mais pourquoi ? Après tout, ce n’est qu’un mot, une expression, non ?

chap 8 début1

Pour le zèbre, le sens est essentiel.

Il a un réel besoin de précision, il ne supporte pas le flou, l’incertitude, et a besoin de tout comprendre, tout le temps. Ainsi, pour lui, si son interlocuteur a choisi d’employer ce mot là précisément, c’est que sa signification correspondait exactement à ce qu’il voulait transmettre. C’est que c’était le meilleur mot pour ce qu’il avait à dire. Et cela entraîne bon nombre de malentendus, voire même de conflits.

A l’école comme à la maison, le zèbre décortique tout ce qui est dit, car tout doit être hyper précis. Si ce n’est pas le cas, il va poser des questions pour obtenir plus de précisions et de justifications. Il ne s’arrêtera pas tant que ce n’est pas assez clair pour lui. Et c’est souvent cela qui mène au conflit avec les professeurs ou parents qui considèrent son attitude provocante.

Ce besoin de sens et de précision est vital pour le zèbre.

Et je pèse mes mots.

Comprendre et donner du sens au monde, aux autres, aux choses, aux phénomènes, est sa principale préoccupation (préoccupation dans le sens d’une pensée, d’un souci qui occupe entièrement et constamment son esprit).

Tous les enfants traversent la période du « pourquoi ? ». Elle dure plus ou moins longtemps et commence plus ou moins tôt.

Et surtout, elle agace les gens !

chap8 3 copie

C’est plus facile de poser des questions que d’y répondre.

Chez les zèbres, cette phase commence très tôt et ne s’arrête jamais. Ils étaient très curieux petits, et resteront très curieux à l’âge adulte. Tout au long de leur vie, ils veulent tout savoir, tout comprendre, tout maîtriser.

La quête de sens est au centre de leur vie.

Une question en entraîne une autre, puis une autre, puis encore une autre. Ils se posent des questions sur tout, sur tout ce qui les entoure, sur eux mêmes, sur le monde, sur la vie, sur la mort. Ils ont pourtant bien compris qu’ils agaçaient les gens avec leurs questions, mais c’est plus fort qu’eux.

Il faut qu’ils sachent.

Ils s’intéressent à tout et n’importe quoi, à des domaines très variés et souvent très éloignés. Et lorsque ça les intéresse vraiment, ils vont passer leur temps à chercher. Souvent même, ils vont approfondir un thème qui les passionne, puis subitement changer de passion.

M’investir à 100% dans quelque chose puis le délaisser complètement, ça m’arrive tout le temps par exemple. Surtout au travail. Quand il y a un nouvel outil, ça m’amuse, je bidouille, j’essaye de comprendre comment ça marche, je cherche. Puis une fois que j’ai compris et que je sais l’utiliser, que je le maîtrise, ça ne m’intéresse plus du tout. C’est comme quand on crée quelque chose. La phase de création est intéressante. Le reste beaucoup moins. C’est le fait de chercher pour comprendre qui est intéressant.

chap 8 5 copie

Ca se manifeste souvent d’ailleurs par un intérêt pour les énigmes, les sudokus, les casse-têtes, ou les jeux de mots, les jeux de stratégie, de mémorisation, l’expérimentation (en cuisine par exemple, créer sans recette, associer de nouvelles saveurs, essayer)

Les zèbres s’interessent donc à tous les sujets, par période, mais s’il y en a bien un qui les intéresse tout le temps, ce sont les problèmes métaphysiques. Les questions existentielles.

Et ça agace encore plus les gens, car ils se sentent impuissants face à de telles interrogations.

Et ça tombe bien, c’est le sujet de la deuxième partie de ce chapitre sur le besoin vital de sens 🙂 A très vite !

You Might Also Like

10 Comments

  • Reply Fran 3 mai 2016 at 19 h 39 min

    Super article 🙂 C’est criant de vérité, par exemple j’adore écrire des fictions et à chaque fois que je visualise le dénouement d’une intrigue, bah j’ai plus envie de finir l’histoire ^^
    PS : J’ai acheté le livre de Jeanne Siaud-Facchin suite à la découverte de ton blog et vraiment ça valait le coup !
    Au plaisir de te lire 😀

    • Reply Rayures et Ratures 3 mai 2016 at 21 h 33 min

      Haha ça me rassure de ne pas être la seule à qui ça arrive :p
      Super pour le livre, je suis contente que tu aies aimé !
      A bientôt pour la suite du chapitre 🙂

  • Reply ICEGVRN 13 mai 2016 at 22 h 40 min

    Hello,
    Un ami m’a envoyé ton blog, j’adore, félicitation ! Je me pose des questions sur mon éventuelle zébritude. J’ai pas l’impression d’avoir un QI plus élevé, simplement d’être globalement plus lucide, mais en tout cas je me reconnais dans pleins de choses que tu décris là et en particulier dans cet article ! Mon incapacité à finir les choses, c’est terrible… J’ai déjà ficelé des tas et des tas d’histoires de romans, au moment de l’écrire ça devient impossible pour moi : une fois que j’ai conçu le principe, ça ne m’intéresse plus. Et c’est valable pour tout, car je fais dix milles trucs à la fois, pas que l’écriture. Et en vrai, ça me rend assez malheureux même si tout le monde me dit « mais tu as de la chance, tu fais pleins de choses » et ne comprennent pas le vide que ça laisse en moi de ne jamais « terminer ».

    Du coup, j’ai envie de te dire un grand bravo pour la tenue de ce blog, car c’est quelque chose de très difficile à faire d’être régulier tout ça tout ça, je t’admire bravo !

    • Reply Rayures et Ratures 15 mai 2016 at 19 h 25 min

      Oooooh c’est gentil !!
      J’espère que les articles peuvent t’aider un peu 😉 Je suis pas sûre que l’on puisse avoir l’impression d’avoir un QI plus élevé (car comme je l’écrirai dans mes prochains articles, pour moi c’est vraiment l’analyse de ta façon de penser qui détermine ta zébritude 🙂 ).
      Et effectivement, terminer les articles alors que je sais déjà ce que je veux dire, les structurer, et les publier régulièrement, c’est vraiment pas évident pour un zèbre :p

  • Reply Forgues Delphine 19 décembre 2016 at 9 h 22 min

    Merci pour tous ces articles ! Il y a tout juste une semaine je débutais la lecture d’un livre sur la surduance qu’un ami à mon conjoint lui a conseillé de lire… j’ai fini par en imprimer et surligner les 3/4 qui au final me correspondaient… depuis je m’interroge. Effectivement l’intelligence rationnelle, mathématique je n’y crois pas vraiment pour moi, par racontre, l’hypersensibilité, la pensée arborescente, la relation aux autres, le faux self, les questionnements, le sens des choses, les valeurs… et toutes tes illustrations, formidables ! vraiment je me marre en me disant à chaque fois : « hahaaa mais c’est tout à fait ça!! » (Le plan Ikéa, « lire la notice ??? Pfffff euh non chéri moi j’ai été voir directement le dernier plan pour voir à quoi ça doit ressembler au final … » / le dessin de cet article : idem !!) … bref et cette sensation d’être comme « arrivée », de comprendre qui je suis en découvrant tout cela. Voilà 🙂

    • Reply Rayures et Ratures 21 décembre 2016 at 17 h 15 min

      Oh merci ! Je suis contente que ça vous parle, et je suis contente aussi que vous commenciez à vous « trouver » 🙂
      Je cherche à combattre les préjugés qui veulent que « surdoué » = plus intelligent rationnellement, et à montrer toutes les richesses que nous pouvons avoir 🙂
      A bientôt pour le prochain article !!

  • Reply Emmouche 20 février 2017 at 0 h 16 min

    Bonjour bonjour,
    J’adore ce blog, c’est très bien écrit, les dessins sont amusants et agréables à regarder, franchement il est super!
    J’ai 18 ans et me suis totalement reconnue dans le début, c’est-à-dire, les questions incessantes, besoin vital de sens et de précision absolue, frustration face à l’incapacité à répondre et surtout le rejet d’autrui face à mes interrogations…
    Je me retrouve beaucoup dans certains aspects de cette personnalité si atypique et d’autres où je m’identifie moins.
    L’évaluation approche et je ne vous raconte pas l’inquiétude extrêmement forte que je ressens depuis un mois à l’idée de faire partie de cette famille de zèbres ou de ne pas l’être, ce qui va me décevoir dans le sens où je vais devoir poursuivre mes recherches… D’ailleurs j’en reviens à quelques lignes de cet article qui parle de la capacité du zèbre à décortiquer dans les moindres détails quelque chose qui l’intrigue, qui l’intéresse et cela me ramène à maintenant, où cela fait un mois que je décortique tout les détails de cette personnalité pour essayer de comprendre.
    Je vous souhaite bonne continuation et encore, j’adore ce blooog!!

    • Reply Rayures et Ratures 20 février 2017 at 16 h 34 min

      Merci beaucoup Emmouche 😉
      Il ne faut pas s’inquiéter, l' »évaluation » n’a pas pour but de vous faire rentrer dans une case zébrée ou non, mais simplement de vous expliquer comment vous fonctionnez (enfin celle que j’ai passée c’était ça 🙂 ), et donc de vous aider, zèbre ou non.
      Bon courage!

  • Reply kidibaroot 27 avril 2017 at 13 h 34 min

    Il faut absolument que ma femme lise cet article !!!
    Elle arrêtera peut être de croire que je « fais exprès de pas comprendre » ou que je « joue sur les mots »
    Nombre de disputes conjugales auraient pu être évitées, et tu vas probablement contribuer à améliorer notre couple.
    Merci encore.

    • Reply Rayures et Ratures 27 avril 2017 at 18 h 44 min

      Hahahaha ! Merci beaucoup, ça me fait plaisir 😉 J’espère que ça ira 🙂

    Leave a Reply