Caractéristiques de zèbres

Chapitre 7 : les difficultés rencontrées

28 mars 2016

Un fonctionnement différent, quel qu’il soit, est source d’incompréhensions, donc a fortiori de difficultés sociales et relationnelles. Mais pourquoi est-ce si difficile de vivre avec des gens lorsque l’on ne fonctionne pas de la même manière?

ljkqgq

***

La première difficulté rencontrée par le zèbre, c’est la difficulté à exprimer ses idées.

Lorsqu’il est confronté à une question ou un problème, le zèbre arrive à une solution, un résultat qui paraît intuitif, qui va de soi. Mais si on lui demande d’expliquer son raisonnement pour en arriver là, il en est souvent incapable. Attention, ça ne veut pas dire que la réponse est tombée du ciel, loin de là ! Ca veut simplement dire qu’elle résulte de mises en relation d’idées et connaissances, mais que tout ça est allé très vite et parfois très loin, et que l’expliquer simplement est difficile car on ne sait pas vraiment comment ça s’est fait… Comme si les associations et activations d’idées s’étaient produites inconsciemment.

 

C’est frustrant, ça arrive toujours à l’école ou au travail, et ça met le zèbre en colère…

En réunion par exemple, je vais avoir beaucoup de mal à expliquer pourquoi cette solution que je propose est la meilleure à mon sens. Je vais être confuse, les gens ne vont pas me comprendre et ça va m’énerver car je sais que c’est une bonne idée mais je n’arrive pas à expliquer pourquoi. Quand j’essaye de l’expliquer, je m’y perds, je perds mes interlocuteurs, et j’abandonne. Je suis frustrée, énervée, mes interlocuteurs doivent penser que je suis nulle et vont sélectionner une autre idée alors ça m’énerve encore plus.

En fait, le système est fait pour des gens qui pensent surtout de manière linéaire, qui arrivent à un résultat en passant par des étapes, et qui peuvent donc facilement expliquer leurs étapes de raisonnement.

Le mode de pensée «dans tous les sens » n’est pas adapté à ce système.

C’est exactement la même chose qui se passe à l’école, où l’on attend de nous que l’on raisonne étape par étape. Les méthodes d’apprentissage ne correspondent pas du tout à la façon de penser et de faire d’un zèbre. On nous apprend d’ailleurs à lire et à compter de manière linéaire. C’est peut-être pour ça que souvent, comme moi, les zèbres apprennent à lire avant l’école, seuls, car ils apprennent ainsi à leur manière.

 

Dans tous les enseignements, on nous apprend une notion avant de passer à la suivante.

Le zèbre, lui, ne fonctionne pas comme ça.

Il comprend vite, trop vite, mais surtout, il comprend en globalité. Et évidemment, là aussi, il a souvent la bonne réponse sans pour autant pouvoir l’expliquer, ce qui le pénalisera fortement. Pourtant, les autres ont réussi à expliquer, eux.

Alors, ça veut dire quoi ? Qu’il est nul ? Qu’il est bête ? Que c’est un échec ?

 

(on reparlera des problèmes de confiance, dévalorisation, peur de l’échec, tout ça dans un prochain article)

mlkQSD

***

Interprétation différente des implicites.

Si le zèbre a du mal à exprimer clairement son raisonnement et ses idées, il a aussi du mal à comprendre ce que l’enseignant attend de lui lorsqu’il lui pose une question. Et une fois de plus, cela crée une incompréhension, il pourra être pénalisé voire même considéré comme provoquant.

*Note pour les autres zèbres: il fallait en fait réciter à l’oral le chiffre écrit au tableau. Le terme « suivant » voulait dire que le chiffre à réciter était le chiffre écrit dessous. Comme 90% de la classe avait compris, ils ont rigolé, et la maîtresse a dit « Tu te crois drôle ? »…

qerghqlkdj

mlkhqeg

Mais pourquoi ?

Il est normal et humain de considérer que l’autre pense comme nous. Surtout quand la majorité des gens pense comme nous. D’ailleurs, selon le groupe culturel ou social auquel nous appartenons, nous partageons un ensemble de codes communs. Par exemple, un français va comprendre que lorsqu’un autre français tend la main vers lui, c’est pour le saluer, car ils partagent les mêmes codes. Ces codes nous permettent notamment de comprendre les mêmes implicites.
Et c’est que le zèbre va avoir un problème, car son mode de pensée fait qu’il ne comprend pas les mêmes implicites que la plupart des gens.

A l’école, lorsque le professeur pose une question ou écrit une consigne sur un devoir, la consigne comporte forcément des sous-entendus. Par sa différence de mode de pensée, le zèbre ne va pas forcément les comprendre, et peut alors faire des erreurs.

Je me souviens par exemple d’un exercice de français, où la consigne disait : « Transformer le texte en le mettant au passé ». La plupart des élèves ont compris qu’il fallait réécrire le même texte, mais en changeant les verbes au présent par des verbes au passé. Moi, je n’avais pas compris ça du tout. Je ne voyais pas l’intérêt de réécrire le même texte, donc pour moi, il fallait que j’invente une histoire qui s’était passée avant l’histoire du texte en question, et l’écrire au passé.

 

Je n’avais pas répondu de façon adaptée, mais je n’avais pas fait exprès.

Pourtant, aux yeux de mon enseignante, cela a été perçu comme de l’inattention. Je n’avais « pas bien lu » la consigne. Ou comme de la provocation, j’avais fait exprès de mal répondre. Comme j’avais globalement de bonnes notes et que je comprenais vite, elle ne pouvait pas admettre que je n’avais simplement pas compris ce qu’il fallait faire. Elle avait l’impression que je faisais exprès, pour l’embêter, et moi j’avais l’impression qu’elle faisait exprès de me punir, pour m’embêter.

Il s’agissait juste d’une incompréhension des deux parties, malheureusement beaucoup trop fréquente.

***

Mais alors, comment faire ?

Être zèbre à l’école, ce n’est donc pas si facile. C’est d’ailleurs souvent ici qu’en raison de leurs difficultés à s’adapter au système, on découvre leur « zébritude ».

Les zèbres ont soif d’apprendre, et attendent avec impatience l’école puisqu’on leur a dit qu’ils y apprendraient beaucoup de choses. Ils sont donc vite déçus.

Ils s’ennuient, ils ne comprennent pas l’intérêt de ce qu’ils apprennent à l’école, et ils font face aux remarques que l’on vient de voir dans le paragraphe précédent. 

Comment faire alors, pour aider le zèbre à s’intégrer à l’école, l’aider à ne pas réagir à l’extrême, à ne pas se sentir nul, dévalorisé, à ne pas tomber en échec scolaire ?

On ne peut malheureusement pas changer le système en un article de blog, mais on peut essayer de faire cohabiter différents systèmes en parallèle. Parce que la clef, je crois que c’est ça, c’est permettre à deux systèmes d’exister en même temps.

Imposer un modèle d’apprentissage à tous, je crois qu’on est tous d’accord pour dire que ça ne fonctionne pas. Que ce soit le mode d’apprentissage linéaire, ou celui des zèbres, ou d’autres.

En revanche, si l’on reconnaît la singularité du petit zèbre, si on lui explique clairement pour qu’il la comprenne bien, et qu’on prend le temps de l’expliquer à ses professeurs et ses camarades (en espérant qu’ils soient réceptifs), il y a des chances pour que l’on avance. Plus sa différence est connue et reconnue, plus ses interlocuteurs arriveront à s’adapter et à prendre en compte ses besoins spécifiques.
De la même manière, il faudra expliquer clairement au petit zèbre le fonctionnement du système scolaire, afin qu’il puisse le comprendre et être moins piégé par un énoncé par exemple. De cette façon, il pourra utiliser ses capacités pour réussir dans ce système.

Le but n’est pas que l’un des deux systèmes s’efface, mais que l’enfant réussisse à utiliser son propre mode de pensée pour répondre aux sollicitations du système scolaire.

Chacun doit chercher à comprendre l’autre, le respecter et adapter son discours et son comportement.

You Might Also Like

18 Comments

  • Reply Fran 30 mars 2016 at 21 h 43 min

    Bonjour, j’ai parcouru vos articles sur « le zèbre » et j’ai envie de dire : « Tout s’explique ! Youpi ! Je suis pas seul ! »
    Merci !

    • Reply Rayures et Ratures 30 mars 2016 at 21 h 48 min

      😀

      Comme c’était le but de mon blog, d’expliquer à ceux qui ne connaissent pas ce que ça veut dire, et de montrer à ceux qui connaissent trop bien le sujet qu’ils ne sont pas seuls, eh bien votre commentaire me fait très plaisir 🙂
      D’ailleurs, hypersensibilité oblige, j’en ai presque les larmes aux yeux :p

  • Reply Simon 17 avril 2016 at 15 h 45 min

    Blog très intéressant.
    Et j’aime beaucoup tes dessins.
    Continues comme ça .

  • Reply Jazzy-Vertix 11 juin 2016 at 17 h 22 min

    Réellement intéressant. Enfin, tout explique d’où vient mon incompréhension. Je ne suis donc pas seule! Et surtout, pas folle!

    En passant, j’ai bien appréciée l’article sur la pensée en arborescence. Cela est bien mieux expliquée que je ne l’aurais pu moi-même. Moi qui possède cette malédiction.

  • Reply anais pini 11 juin 2016 at 19 h 53 min

    Je découvre votre blog : il est super et, grâce aux dessins, très accessible. Merci pour cette belle initiative !

  • Reply Jules 2 juillet 2016 at 19 h 54 min

    C »est marrant parce que je suis pareil mais en ce qui concerne le système scolaire il était au contraire très sécurisant pour moi, comme si j’étais « à la maison ». C’est plutôt sur les interactions sociales et d’autres trucs du quotidien que j’ai toujours galéré.

  • Reply Hubert 18 janvier 2017 at 17 h 17 min

    Alors LA question pour moi, que dois-je conseiller à mon fils ? Comment faire pour que son CM1 se passe mieux.
    la solution de son école, l’isoler dans la classe et lui donner moins de travail car il ne comprend pas la question donc il doit prendre plus de temps pour se concentrer. Donc on va dire, tout faux….

    • Reply Rayures et Ratures 19 janvier 2017 at 11 h 25 min

      🙁 🙁 🙁
      Que répond l’instituteur/institutrice dans ces cas là ? Ils s’intéressent à la question ou pas du tout ?

  • Reply Marie 22 juin 2017 at 12 h 17 min

    Hehe on est en plein dedans avec ma fille: elle trouve les solutions aux divisions mais sans passer par les démonstrations… donc sa Maitresse s’énerve et ma petite Bibou ne comprend pas… et pourtant elle tourne
    Belle journée et merci encore pour votre blog si inspirant

  • Reply maried 18 juillet 2017 at 21 h 23 min

    Merci pour votre blog, je ne pense pas etre surdouée mais vous décrivez ce que je ressentais à l’école et ce que je ressens encore aujourd’hui au travail, on ne comprend pas mon raisonnement, je n’arrive pas à l’expliquer et au final j’ai la bonne réponse. Je me sens moins seule du coup.

  • Reply elise 24 juillet 2017 at 23 h 08 min

    je me découvre tout juste précoce et me reconnait beaucoup dans ce chapitre..
    votre illustration avec la maitresse au tableau qui demande de prononcer le nombre suivant, et bien avant meme de lire l’explication du dessin j’avais répondu a coté du veritable énnoncé… et dailleurs il me semble que cette anecdote m’est arrivée en classe…
    pour tout vous dire j’ai beaucoup pleuré en lisant ce chapitre… la difficultée a exprimer mes idées est quelque chose qui me bloque dans la vie de tout les jours, je deteste ressentir cela, partir dans des explications, m’emballer ,aller trop vite dans le cheminement, revenir en arriere, et du coup voir dans les yeux de mes interlocuteurs qu’ils décrochent… j’en suis malade…
    j’ai du travail a faire la dessus pour l’accepter… j’ouvre enfin les yeux, je ne suis pas débile, je ne suis pas seule…

    • Reply Rayures et Ratures 25 juillet 2017 at 9 h 19 min

      Bonjour !
      C’est une anecdote très répandue chez les zèbres j’ai l’impression, nous avons tous vécu une situation comme ça, d’ailleurs j’ai ajouté la petite note explicative car certains m’écrivaient « et alors, ce n’est pas ce qu’il fallait répondre? » 😉
      Donc vous êtes loin d’être la seule et j’espère que vous réussirez à dépasser ce qui vous pose problème ! Bon courage

  • Reply Claudie 29 octobre 2017 at 19 h 32 min

    Il faut faire de ce blog un livre, il est trop bien, la manière d’écrire, le contenu, les illustrations, top bravo !!!

    • Reply Rayures et Ratures 30 octobre 2017 at 10 h 38 min

      C’est en cours, c’est en cours 🙂
      Je suis actuellement en train de le mettre en page, il y aura plusieurs chapitres inédits !

    Leave a Reply